Nouveau lieu de Jam : le King Arthur

Hier soir j’ai testé un nouvel endroit proposant une scène ouverte : Le King Arthur dans le 2ème arrondissement de Lyon.

Alex et Max au King Arthur (Lyon 2e) lundi 9 mai 2022 © Jean-François Convert

Lyon est décidemment une ville qui propose de nombreux lieux au musiciens amateurs souhaitant se produire en toute simplicité, sans forcément faire partie d’un groupe. Après le 405, le Sirius, le G Restaurant, le Shamrock, le Platypus, la Vache Rouge… j’ai testé hier le King Arthur, situé sur la Presqu’île.

Il faut dire qu’avec Maxime Pambrun en animateur et Alex à la guitare (croisé plusieurs fois au Sirius ou la Vache Rouge), j’arrivais en terrain connu. Configuration « acoustique » avec un micro chant, une guitare folk électro-acoustique, et une guitare électrique, le tout dans une ambiance conviviale, au décor so british, et grand choix de bières.

Maxime & Alex

Maxime anime cette scène ouverte chaque lundi depuis deux mois et ouvre tout naturellement la soirée. Sa veste à franges acquise à Londres colle parfaitement au premier titre : For What It’s Worth de Buffalo Springfield, composé par Stephen Stills et repris entre autres par Mavis Staples. De même que pour le morceau suivant, le countryesque Ring of fire de Johnny Cash. Fidèle à ses influences sixties et seventies, Max a enchainé les standards, répartis sur deux sets : All along the watchtower de Bob Dylan, Wish you were here de Pink Floyd (« dédicacé aux boomers »), Space oddity de David Bowie, Angel de Jimi Hendrix et même Blitzkrieg Bop comme quoi les Ramones (« c’est du punk, pas grave si c’est faux ! ») ça peut aussi sonner en version quasi-unplugged ! D’ailleurs, Alex a su apporter sa touche subtile sur tous les morceaux en les rhabillant de sonorités cristallines gorgées de reverb.

Et bien sûr l’incontournable Hey Joe, « une chanson que je joue pour la première fois » ironise Max, et qu’il présente comme étant « de Billy Roberts ». Le tatillon que je suis ne peux manquer d’apporter une précision : certes, le morceau popularisé par Hendrix était souvent indiqué de Billy Roberts sur les pressages du divin gaucher, mais il semblerait que Roberts avait lui-même déjà repris le titre, dont l’auteur est inconnu. Pour cette version semi-acoustique, Max a opté pour des intonations à la Willy Deville qui lui aussi en avait fait un succès aux couleurs mariachi en 1992.

Solène & Alex

La scène a ensuite laissé la place à Solène toujours accompagnée d’Alex. La chanteuse a elle aussi joué deux sets avec plusieurs reprises dont Respect d’Aretha Franklin/Otis Redding, I put a spell on you de Screamin Jay Hawkins mais dans une version plutôt Nina Simone, Fever popularisé par Peggy Lee, et I Just Want to Make Love to You de Willie Dixon mais rendu célèbre par Etta James.

Mais Solène nous a aussi interprété deux de ses compositions personnelles : Un étranger et La fille du lundi, titre de circonstance pour cette scène ouverte, et en même temps son pseudo sur Instagram. Une voix magnifique et de superbes interprétations, aussi bien pour les covers que pour ses propres chansons.

► Retrouvez- la sur sa chaine YouTube

Ma pomme

Pas facile de passer après une prestation de ce niveau, d’autant que je me suis retrouvé tout seul, Alex ayant profité du changement pour faire une pause ! Rien d’original, je me suis contenté du minimum sans trop prendre de risques : Before you accuse me, Knockin’ on heaven’s door, Little wing et The sky is crying.

Maxime a publié deux courts extraits sur sa story Instagram que j’ai ensuite repartagés : un refrain de Knockin’ on heaven’s door et un riff de The sky is crying. Quelle surprise de voir que mes publications ont été vues et parfois likées par des artistes tels Sanseverino, Roxane Arnal, Frank Carducci, Etienne Belin, Yulia chanteuse des Sugarsweets, Evelyne Gallet, Mary Reynaud, Auren, Tellma, Luc Blackstone, Djem, Gravity Boots… ! Ah ah, je suis très très loin d’arriver au dixième de la cheville de toutes ces personnes, mais ça fait quand même plaisir de savoir qu’elles ont jeté un œil et une oreille sur ma modeste prestation. Mon quart d’heure warholien à moi… Et du coup, Etienne Belin m’a même invité à ses scènes ouvertes parisiennes, alors qui sait, un jour peut-être…

Adam, Mathias & Alex

Le duo Adam (chant) et Mathias (guitare et chœurs) a ensuite enchainé quelques reprises dont Wonderwall, sans doute un des morceaux les plus joués en scène ouverte ! Accompagnés par Alex, ils n’ont pas hésité à reprendre au pied levé des morceaux piochés sur Internet. Plus besoin de prompteur depuis qu’on a les smartphones !

En fin de soirée, on a même eu droit à un trio venu nous chanter Une souris verte dans leur propre version réarrangée, et Max a clôturé en solo avec Careless Whisper de George Michael. Un moment sympa, et une scène ‘open mic’ à conseiller pour celles et ceux qui veulent venir se produire sans pression. « On n’est pas à The Voice » m’a confirmé Max. Effectivement, dans un cadre bienveillant, on ne peut que se faire plaisir.

© Jean-François Convert – Mai 2022

Étiqueté , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux