Jam Session à la Péniche ‘Le Sirius’ à Lyon

Hier soir, la jam session habituelle du lundi sur la Péniche’ Le Sirius’ à Lyon a une fois de plus mélangé les styles et donné lieu à de beaux moments musicaux.

© Jean-François Convert

Tous les lundi, La Péniche Le Sirius située sur quai Augagneur, sur les bords du Rhône à Lyon, offre sa scène aux musiciens qui le souhaitent. Les genres musicaux sont ouverts et l’ambiance reste conviviale.

Mais l’atmosphère détendue n’empêche pas un très bon niveau musical. Le backing band assure dans à peu près tous les styles, peut passer du funk au blues, du jazz-rock à la soul, et accompagner les chanteurs et chanteuses téméraires qui prennent le micro.

Mais en ce qui me concerne, j’ai pu me rendre compte de mes limites. J’avais déjà joué au Sirius il y a 2 semaines dans mon registre basique blues-rock, mais hier soir j’ai été invité sur la scène pour un titre aux accents jazzy. Un réarrangement singulier de No woman no cry, dont je n’ai découvert la grille d’accords qu’après avoir commencé à jouer… quelque chose comme Fa Maj7, Mim7, Mib Maj7, Rém7… je ne suis même plus sûr.

Autant dire qu’avec mon jeu en pentatonique de base, ma prestation sur ce morceau ne restera pas dans les mémoires, même si le leader du groupe (dont j’ai oublié le prénom, qu’il m’en excuse s’il me lit) a quand même tenu à me présenter par un chaleureux « Jean-François à la guitare, faites du bruit pour lui s’il vous plait ! » Mais c’est indispensable de se lancer dans l’arène de cette façon, ça permet de garder son humilité et des rester lucide sur ses capacités d’instrumentiste…

Puis un rapide passage de témoin à un autre guitariste habitué des lieux, avant de revenir quelques morceaux plus tard pour cette fois prendre le chant en plus de la guitare. Pas convaincu d’avoir bien plus brillé sur Cocaine et Sultans of swing, mais l’enthousiasme du public a fait chaud au cœur.

A nouveau une pause pour laisser la place à d’autres, et puis retour en fin de soirée, mais au clavier cette fois, avec un son type orgue Hammond sur Another brick in the wall part.2, Three little birds et final sur Black or white. Passé 1h du matin, il était de toute façon temps de s’arrêter car le guitariste Jeremy a cassé le Mi grave de sa Strato !

Une soirée de plus à rencontrer d’autres musiciens, à se faire plaisir (même sans avoir le niveau équivalent), à apprendre, et à se frotter un peu au goût du risque. Vivement la prochaine !

© Jean-François Convert – Novembre 2021

Étiqueté , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux