Une réplique de la Schecter Sunburst de Mark Knopfler

Suite du projet de transformation de mes guitares : la deuxième étape a consisté en la réalisation d’une réplique de la Stratocaster Schecter Sunburst de Mark Knopfler. Explications

Une guitare mythique

Quand je visionne pour la première fois la vidéo du live Alchemy pendant mon année de terminale quelque part entre 1988 et 1989, je découvre plusieurs guitares de Mark Knopfler qui m’étaient jusqu’alors inconnues. J’écoutais ce fabuleux double live depuis l’été 88 et en connaissais les moindres recoins audio, mais les quelques photos du livret (de la cassette !) ne donnaient pas à voir toute la panoplie des six-cordes du maitre.

Outre la fameuse Schecter rouge et la National qui sont grosso modo les deux seules dont j’avais une vague idée à l’époque, je découvre : la Chet Atkins Nylon électro-acoustique sur Private investigations et le final de Romeo and Juliet, la SG blanche sur Two Young Lovers, la Telecaster noire sur Solid rock et surtout une magnifique Sunburst sur Tunnel of Love et Telegraph Road.

Dire-Straits-Tunnel-of-love
Tunnel of love sur la vidéo Alchemy

Étant donné les variations d’éclairage sur la scène avec différents reflets et la qualité moyenne de la VHS prêtée par un ami, je crois d’abord que la plaque est noire. Ce n’est que bien plus tard que je comprendrai qu’elle est en réalité dorée.

La version la plus connue

Au fil des années, l’apparition d’Internet aidant, je vais en apprendre de plus en plus sur l’histoire de Dire Straits en général, et sur les guitares de Mark Knopfler en particulier. Notamment grâce à Ingo Raven, avec qui j’échange d’abord par mail au début des années 2000 (avant le web 2.0 !), puis en commentaires sur son blog qui voit le jour en 2008. Parmi nos (nombreux) sujets de discussions figure cette fameuse guitare acquise par Mark à l’automne 1980.

Gros plan sur la Stratocaster Schecter Sunburst de Mark, au cours du concert de Dortmund (19/12/1980)

Le guitar-hero passe des Fender au Schecter en ce début des eighties. Il explique en interview qu’elles sont plus solides, résistent mieux aux malmenage des tournées, et de surcroit offrent une meilleur flexibilité au niveau du son (voir plus bas). Cette guitare apparait sur le concert filmé à Dortmund le 12 décembre 1980. Sans doute une des toutes premières fois où elle est utilisée en concert. Le modèle prototype semble avoir été fait à la hâte, avec notamment une prise jack sur la tranche (comme sur une Telecaster) et non sur la table (comme sur une Stratocaster).

Cette guitare va être associée à essentiellement trois morceaux :

Tunnel of Love

Mark joue cette guitare sur Tunnel of Love durant les tournées 1980-81, 1982-83 et 1985-86. Pour l’ultime tour du groupe en 1991-92, c’est la Pensa-Suhr qui officiera sur ce morceau. De toute façon, la Schecter Sunburst ne réapparaitra plus après 1986 et les concerts de Charité du Prince Trust.

Telegraph Road

Alors qu’en 1981, pour les premières esquisses du morceau, Mark choisit la Telecatser noire Schecter, il joue Telegraph Road sur cette Sunburst en 1982-83. On peut supposer que c’est également le cas sur les rares dates de 1986 en Australie et Nouvelle-Zélande, mais il n’y a aucune image connue de ces concerts (en tout cas à ma connaissance), hormis celles avec Bob Dylan où Mark joue la Pensa R Custom. Tout comme pour Tunnel of Love, la Pensa-Suhr sera choisie pour Telegraph Road en 1991-92.

Il y a à mon avis de fortes chances pour que la Schecter Sunburst soit la guitare qu’on entend sur la version album de Telegraph Road.

Ride Across the River

En 1985, les concerts débutent sur cette pépite de l’album Brothers in Arms, et c’est la Schecter Sunburst qui ouvre le bal. Là aussi, on peut raisonnablement supposer que c’est la guitare qui figure sur la version studio. Sur la dernière partie de la tournée en 1986, Mark utilise la Pensa R Custom pour ce morceau, comme on peut le voir lors du concert à Sydney.

Hormis ces trois titres emblématiques, la Schecter Sunburst a également été utilisée sur Where do you think you’re going ? en 1980-81 et sur le final de Romeo and Juliet sur la tournée 1985-86, ainsi que lors des concerts de Charité du Prince Trust en 1986. Je pense qu’elle devait être aussi jouée sur les version live de It never rains en 1982, bien que je ne peux en avoir la certitude, étant donné qu’il n’existe pas à ma connaissance d’images pouvant le confirmer.

► Retrouvez toutes les infos de cette guitare sur le site d’Ingo Raven

► Ingo a même eu la chance de jouer sur cette guitare comme il le raconte dans cet article

Le modèle original

Mais si cette guitare est devenue iconique dans les mains de Mark Knopfer, il s’avère qu’il s’agit en fait d’un modèle de « remplacement » et non celui qui aurait dû initialement trôner aux côtés du guitar-hero pendant toutes ces années. En effet, lorsque Mark s’installe à New York au printemps 1980 et qu’il se lance dans l’enregistrement de l’album Making Movies, il fait l’acquisition de plusieurs guitares Shecter : deux modèles Stratocaster en finition Candy Apple Red (rouge métallisé), une Telecaster entièrement noire (corps et plaque) et une Stratocaster Sunburst.

Cette dernière est celle que l’on entend sur la version studio de Tunnel of Love. Elle sera malheureusement volée avant le début de la tournée, ce qui explique que Mark s’affiche avec la rouge dans le clip du morceau ou lors des apparitions promo télé en octobre et novembre, et qu’il demande qu’on lui refasse un exemplaire similaire, qui sera donc la guitare décrite précédemment.

Les deux modèles diffèrent sur quelques points :

  • L’originale avait des repères sur le manche, alors que la seconde non
  • L’originale avait la prise jack sur la table (comme sur toutes les Stratos) alors que la seconde sur la tranche (comme sur une Telecaster)

Il n’existe que très peu de photos de cette guitare :

► Retrouvez toutes les infos de cette guitare sur le site d’Ingo Raven

Ma réplique

Beaucoup de fans de Mark Knopfler ont une réplique de la Schecter Sunburst. Mais la plupart du temps, elle est calquée sur le second modèle, c’est-à-dire avec un manche sans repères, et la prise jack sur la tranche du corps. Pour ma part, j’ai choisi de plutôt chercher à reproduire le modèle original en utilisant ma Stratocaster ‘American Standard’ de 2005, acquise en 2006. Et puis ça m’arrange d’avoir des repères sur le manche !

La transformation du corps noir en Sunburst

La première étape consistait à refaire une finition Sunburst. Il y avait le risque de trouver sous la peinture noire un bois de seconde main, ou plusieurs pièces disparates, des veinures disgracieuses… En effet, Fender utilise logiquement les morceaux de bois de premier choix pour ses modèles Sunburst et les « chutes » pour les modèles à peinture opaque.

Mais lorsque mon luthier Luis Henriques a décapé la finition noire, il est tombé sur une bonne surprise avec un très beau bois. Comme l’a fait remarqué Matt Duncan sur le forum Amarkintime, c’était un peu gâché d’utiliser ce bois pour une guitare au final repeinte toute en noire… jusqu’à aujourd’hui ! Sans vouloir faire de mysticisme de bas étage, je ne peux m’empêcher de penser que cette guitare noire était faite pour devenir une réplique de la Sunburst !

Après ce premier essai de dégradé, j’ai demandé à Luis de le refaire en diminuant la largeur du noir. Toujours très à l’écoute, Luis a repris son travail pour au final produire un Sunburst parfait à mon goût : en deux tons, de type « Tobacco ».

Les éléments du site mk-guitar.com

Ensuite, grâce au site d’Ingo Raven mk-guitar.com/shop, il est possible de se procurer les différentes parties de la guitare refaites à l’identique avec un soin apporté aux composants et aux finitions. Pour pousser le mimétisme jusqu’au bout, Ingo propose même une plaque de jointure corps-manche avec le numéro de série de la guitare de Mark ! (S8001 pour la seconde guitare, S8136 pour l’originale).

Et Luis ayant le souci du détail, les moindres petits éléments ont été changés en finition dorée : attaches-courroie, guide-cordes sur la tête, vis des plaques, vis des pontets…

Les micros spécifiques

Outre le look doré, ce qui fait surtout l’intérêt de cette nouvelle configuration est l’électronique. Trois micros presque comme sur une Strat mais pas tout à fait. Il s’agit de micros F500T, ceux qui ont équipé les guitares Schecter dès la fin des années 70 et principalement dans les années 80. Ils ont la particularité d’offrir plus de possibilités sonores qu’une Strat classique.

Les micros simple bobinage figurant sur les Strats donnent un son clair, cristallin, riche en aigus en comparaison des micros double bobinage type Humbuckers qui ont un niveau de sortie plus élevés, et donc un son plus rond, plus épais. Entre les deux, il existe les micros simple bobinage mais avec des tours de bobine supplémentaires. On obtient alors un son avec plus de mediums, et moins d’aigus. C’est le cas par exemple des P90 (sur les premières Les Paul au début des années 50, les Les Paul Junior, certaines SG ou ES-335 etc…) ou les Di-Marzio FS-1 qui ont pu équiper des Strats. Mais dans ce dernier cas, on perdait le son caractéristique d’origine, limpide et brillant.

L’idée du micro F500T est de pouvoir combiner les deux : une première bobine comporte le nombre de tours comme sur un micro standard de Strat. Une deuxième bobine (montée en série avec la première) ajoute le nombre de tours qui correspondrait à un micro de type P90 ou FS-1. Le micro contient ainsi deux sorties :

  • une avec la bobine normale
  • une avec les deux bobines en séries (ce qui correspond à une bobine avec le double de tours)
en bleu la bobine « normale », en vert la bobine supplémentaire

On ajoute un sélecteur par micro permettant de sélectionner soit la simple bobine, soit la double, soit mettre le micro off, et on obtient ainsi 27 combinaisons possibles entre les 3 micros !

► Retrouvez les explications encore plus précises sur le site d’Ingo Raven

Quelques enregistrements

Tout ça c’est bien beau sur le papier, mais au final qu’est-ce que ça rend au niveau audio ? Voici quelques vidéos enregistrées à la va-vite pour donner une idée.

Test micros

Simulation avec le Vox ToneLab ST en son clean avec un peu de compression et de reverb. Juste un test de chacun des micros dans les deux positions :

  • switch en bas = bobine simple
  • switch en haut = bobine « double »
  • switch au milieu = off

Son type clean ‘Wicked Games’

Simulation avec le Vox ToneLab ST en son clean avec un peu de compression, de reverb, et de delay. Impro sur la grille d’accords de Wicked Games. Backing track réalisé à l’aide du TRIO+ Band Creator+Looper.

Son type overdrive

Simulation avec le Vox ToneLab ST en son crunch avec un peu de reverb et pédale overdrive type TS9. Impro avec backing track réalisé à l’aide du TRIO+ Band Creator+Looper.

Dire Straits

Pas eu le temps de m’entrainer correctement, mais la guitare valait bien 2-3 phrases de Tunnel of Love et Ride Across the River.

Après la guitare National, encore un autre rêve de longue date avec cette Stratocaster Sunburst accastillée façon le modèle de Mark Knopfler. Des possibilité sonores décuplées et un look à tomber. On n’a qu’une vie, j’ai décidé de la vivre pleinement.

© Jean-François Convert – Juin 2022

Étiqueté , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux