Inspector Cluzo en concert chez eux à Mont-De-Marsan avec un orchestre

Le duo The Inspector Cluzo était en concert ce 13 juillet dans les arènes de Mont-De-Marsan, la ville où ils sont établis en tant que fermiers-éleveurs quand ils ne sont pas en tournée. Un show unique où les 2 musiciens étaient accompagnés par l’Orchestre de Pau.

The Inspector Cluzo sur la scène de Arènes du Plumaçon à Mont-De-Marsan, le 13 juillet 2022 © Jean-François Convert

Un concert unique

Quand il s’agit de musique et d’amitié, on peut bien faire un aller-retour Lyon-Mont-De-Marsan en 48h. Et tant qu’à faire, les deux trajets d’une traite, sans pause. Pourquoi vouloir quitter la voiture quand on y écoute Rory Gallagher, Mick Taylor, Carla Olson, Robin & The Woods et bien sûr Dire Straits ? Mais le plus important était d’assister à ce concert donné par The Inspector Cluzo dans les arènes de Mont-De-Marsan ce 13 juillet. Un concert unique dans une formule complétement différente de ce que les deux gascons ont l’habitude de faire.

Un duo à fort volume

Laurent Lacrouts et Mathieu Jourdain jouent en duo depuis bientôt 15 ans. Et pour une raison somme toute assez basique : ayant débuté en power-trio, ils n’ont ensuite pas trouvé de remplaçant à leur bassiste parti vers d’autres aventures. Qu’à cela ne tienne, ils ont choisi la philosophie du « fuck the bass player », boutade devenue le nom de leur label. Une voix, une guitare, une batterie. Et beaucoup de volume sonore. What else ?

La formule a fait ses preuves : des White Stripes aux Black Keys, en passant par Hat Fitz & CaraOne Rusty Band, ou Superdownhome, les duos guitare-batterie sont devenues monnaie courant ces deux dernières décennies. The Inspector Cluzo s’inscrit dans cette lignée proposant du blues-rock rageur et énergique qui suit la fameuse doctrine « on a toujours besoin de plus de Fuzz ». Le duo a récemment enflammé la scène du Helfest. À seulement 2 musiciens, ils n’ont pas démérité, bien au contraire, face aux groupes de Metal qui partageaient l’affiche :

Une formule différente

Mais fin 2019, ils ont adouci temporairement leur musique en réenregistrant leur album We the people of the soil (sorti en 2018) en version acoustique à Nashville. Cela a donné Brothers in ideals, paru en janvier 2020. Dans la foulée, le duo enregistre un live acoustique au Théâtre de Gascogne, à Mont-de-Marsan, le 12 février 2020, qui sort en septembre de la même année sous le titre The organic farmer season. C’était la dernière date de leur tournée en acoustique, terminée juste avant le début de la pandémie.

Deux ans plus tard, Laurent et Mathieu ont choisi leur ville Mont-De-Marsan pour reprendre cette formule acoustique avec orchestre, lors d’un concert unique qui s’est tenu ce 13 juillet, et qui devait à l’origine avoir lieu l’été dernier.

Un cadre atypique

Pour ma part, je crois bien que c’est la première fois que j’assistais à un concert dans des arènes. Non pas dans la fosse, mais sur la piste !

Le duo ne pouvait rêver meilleur cadre pour sa musique, surtout en ouvrant et refermant chacun de ses concerts par ce fameux salut, rituel des courses landaises. Les deux musiciens et l’orchestre ne sont entrés en scène qu’après quelques mesures interprétées par le claviériste. Une intro qui avait parfois des couleurs de Sheep, surtout par le son de piano électrique. Quant au premier morceau, A man outstanding, il est « dédié à tous les paysans de France ».

Des textes et des convictions

Au cours de la soirée, Laurent ne manque pas d’expliquer entre les chansons les thématiques qui les ont inspirées. Que ce soit en évoquant son grand père ou « les aïeux paysans de la terre qui eux sauraient quoi faire face au réchauffement climatique ». Lost in traditions et son message écologique leur est dédiée.

La musique de Inspector Cluzo n’est pas que du blues, du folk ou du rock dans la forme. C’est aussi une musique qui affiche la fierté des racines de la terre, de la ruralité, de la production locale, des circuits courts, de l’auto-suffisance, et surtout du « Do It Yourself » : le duo assure tous les maillons de son activité musicale (label, booking, management, enregistrement et édition) en plus de son élevage d’oies à la manière traditionnelle.

Du blues « landais »

Cet amour de la terre et de ses racines rejoint certaines des préoccupations que vivaient les bluesmen ou les chanteurs folk de l’autre côté de L’Atlantique. Et Laurent explique que s’ils se sont inspirés de cette musique américaine, il tient à remercier Yvan Kolpakov qui les aide à « façonner ce blues, mais qui n’est pas vraiment du blues pour les américains ». Kolpakov est originaire du Minnesota et vit maintenant dans les Landes.

Un autre pont est fait avec l’Amérique : la chanteuse Marianne Dissard, Landaise mais ayant vécu très longtemps à Tucson en Arizona, vient recréer en live le duo enregistré sur le morceau The Best, qui figure lui aussi sur l’album Brothers in ideals.

Une artiste à l’humilité déconcertante puisque je l’ai croisée après le concert, et voulant la féliciter pour sa prestation, je lui ai simplement dit « bravo ». Ce à quoi elle m’a répondu « oui l’orchestre était vraiment très bon! ». J’ai renchéri : « non mais je parlais de vous ! »

Une reprise de Neil Young

The Inspector Cluzo n’a jamais caché ses influences, et parmi elles, Neil Young trône en bonne place. Quoi de plus logique que la dualité acoustique-électrique du Loner pour s’inviter dans la musique des Cluzo ? Le songwriter canadien oscille constamment entre mélodies folk et déflagrations grunge, alors le duo gascon lui a rendu hommage avec Hey Hey My My. Une chanson qu’ils avaient déjà reprise et sortie sur l’EP bonus accompagnant The organic farmer season.

Mais ici, les arrangements prennent une autre dimension, avec les cuivres interprétant le riff joué originellement à la guitare électrique :

Et juste après le vers « Rock’n’Roll is here to stay », Laurent ne manque pas de rajouter « surtout ici ! » Une façon de réaffirmer une fois encore que « Le temps du Rock’n’Roll c’est ici ! ».

Robert Johnson et Mont-De-Marsan

Pour appuyer son propos, le chanteur explique que faire du rock en étant installé ailleurs qu’à Paris, c’est possible. « Mais c’est plus long ». Et il raconte que de la même façon que Robert Johnson a rencontré sa destinée au célèbre Crossroads de Clarksdale, chacun se retrouve à des carrefours dans sa vie et doit faire des choix. En ce qui concerne les deux musiciens, « frères d’idéaux » (« Brothers in Ideals »), ils n’ont jamais cédé à aucune concession. No deal at the Crossroads, « pas de négociation, pas de compromission, aux carrefours des choix », un adage qui résume bien la philosophie des Cluzo.

« Les règles sont faites pour être transgressées »

Laurent Lacrouts – The Inspector Cluzo

Ils terminent le set ainsi à deux, mais l’orchestre remonte sur scène pour le rappel Little girl, où la voix de Laurent fait des merveilles : virevoltante, incandescente, aérienne et en même temps viscérale. Une envolée lyrique qui sort indéniablement des tripes. Quant aux orchestrations, elles alternent le calme et la tempête, la mélancolie tranquille avant les soubresauts qui semblent retranscrire les déchainements de l’âme. On ne pouvait rêver plus beau final.

Un concert où l’émotion était palpable, autant sur scène que dans le public. Et en fin de soirée, après avoir aperçu Denis Barthes (ancien batteur de Noir Désir et actuel batteur de The Hyènes) venu saluer le duo, j’ai pu rencontrer Mathieu et Laurent. Un échange bref mais sincère, puisque les deux musiciens se sont immédiatement souvenu de Textes, Blog & Rock’n’Roll !

L’aller-retour valait vraiment le coup, et vivement la prochaine occasion de les voir en version électrique et de prendre le temps de discuter un peu plus longuement. Bravo les gars et à bientôt.

© Jean-François Convert – Juillet 2022

Étiqueté , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux