Les bonus tracks de l’album ‘One Deep River’

Retour sur les neuf morceaux sortis en compléments de l’album ‘One Deep River’ de Mark Knopfler.

Une politique commerciale discutable

Dans la discographie de Dire Straits et Mark Knopfler, les bonus tracks ont toujours été un sujet épineux. Surtout depuis un quinzaine d’années avec l’album Get Lucky. J’ai tenté de synthétiser ce malström dans un article rédigé pour le Magazine Crossroads Hors-Série n°15 consacré à notre homme :

Jusqu’en 2009, les morceaux non retenus pour les albums paraissaient en bonus des singles, que ce soit en face B à l’époque des 45tours durant les années 70-80-90, ou en titres supplémentaires sur les singles et maxis en CD. De Eastbound Train en 1978 (face B du 45 tours Sultans of swing) à Summer of love en 2004 (bonus du CD single Boom like that), on avait ainsi pu découvrir ces ‘bonus tracks’ en achetant (ou pas) les dits singles, maxis, voire EPs.

Pas de bonus pour All the roadrunning en 2006 ni Kill to get crimson en 2007. A partir de Get Lucky, la stratégie commerciale de la maison de disque change : désormais, chaque nouvel album de Mark Knopfler sort en plusieurs formats, dont une édition coffret deluxe avec des bonus tracks, mais aussi la version vinyle, ainsi que des goodies divers et variés. Dès lors, si les fans veulent posséder ces fameux morceaux, ils doivent acquérir le ‘Deluxe Boxset’, très onéreux, et qui pour beaucoup offre des éléments inutiles (porte mediators, jetons de jeux, etc…). Et le comble de tout ça, c’est qu’à plusieurs reprises, le coffret ne contient même pas l’intégralité des titres parus ! On se souvient par exemple de Time in the sun sorti en digital bien après le coffret de Get Lucky, idem avec Your perfect song pour Privateering, ou encore Hot Dog n’apparaissant que sur l’édition allemande de Tracker… Et pour clore le tout, lorsque sortents les coffrets regroupant les albums studio, Hot dog ne figure même pas sur le disque « b-sides »…

Bref, pas étonnant que beaucoup de fans se soient détournés des ces édition dites « de luxe », sachant que tous ces morceaux « inédits » finissent toujours par apparaitre sur YouTube ou ailleurs…

One Deep River n’échappe pas à la règle

Le dernier album One Deep River a continué dans la lancée, en faisant même plus fort : non seulement l’édition deluxe comprend des bonus tracks en CD, mais aussi en vinyle ! Comme ça, les heureux acquéreurs du coffret qui ne possèdent pas de platine disque ne pourront même pas les écouter… Bien qu’on se soit réjoui d’avoir 25 nouveaux morceaux de Mark Knopfler ces dernière semaines, il est dommage qu’ils n’aient pas tous été accessibles sur différents formats.

Le songwriter a expliqué dans une interview qu’il ne maitrisait pas ces multiples éditions, et que les choix relevaient de la maison de disques. Il a renchéri lors de la release party de l’album :

« il y a des chansons que je ne jugeais pas assez bonnes pour être publiées, mais le ‘management’ a insisté. »

Mark Knopfler

Un peu fort de café de la part d’un artiste qui possède son propre studio d’enregistrement, produit lui-même ses albums, et a toujours tenu a garder le contrôle de A à Z tout au long de sa carrière, au point de souvent opposer son veto à la réédition d’anciennes pépites que toute le monde attend (concerts, demos, chutes de studio, etc…), même si la sortie récente du coffret live semble avoir un peu changé la donne.

Quoiqu’il en soit, on se retrouve donc avec neuf morceaux complémentaires à l’album One Deep River, répartis sur un CD (5 titres) et un vinyle (4 titres) en « suppléments », sans compter l’EP The Boy, paru lui carrément à part. Il faut préciser que les bonus tracks en CD sont également disponibles sur l’édition 2CD.

J’avais déjà exprimé mes premières impressions sur chaque chanson de l’album, voici celles sur ces fameux bonus tracks :

Les bonus tracks chanson par chanson

CD

The Living End

Une guitare râpeuse qui rappelle l’époque d’On every street, notamment Millionaire Blues, des chœurs féminins qui sonnent un peu comme sur Back on the dance floor, une ambiance comme on l’aime mais on peut comprendre que le morceau ne figure pas sur l’album du fait de sa couleur trop différente des autres titres (bien que ce soit le cas aussi avec Scavengers Yard). Il semblerait que le texte parle d’un humoriste vieillissant qui n’a plus la cote et qui en est réduit à faire de petits spectacles alors qu’il était auparavant très populaire à la télévision. Sur le forum AMIT, Matt Duncan (alias dustyvalentino) a évoqué par exemple « quelqu’un comme Jim Davidson, mais il y en a beaucoup d’autres. »

Fat Chance Dupree

Ballade folk en mode mineur. Très belle partie de laptseel par Greg Leisz, et des chœurs sympathiques, cette fois masculins, sur le refrain. Encore une fois merci au forum AMIT, dont l’un des membres pourrait avoir trouvé la source d’inspiration de la chanson à travers le film (et histoire vraie) The Trapper’s Reevenge. Ça coïncide effectivement avec l’ambiance musicale façon western-saloon. Personnellement j’aime beaucoup. Pour les soucieux de détails : on entend à la fin ce qui ressemble à un début de gamme de Shepard (Shepard Tone en anglais).

Along A Foreign Coast

Dans tout album solo de Mark Knopfler qui se respecte, il se doit d’y figurer une chanson évoquant les lointains rivages, la mer, les voyages de marins… Celle-ci fait indubitablement partie de ce style, avec une magnifique mélodie, mais en plus des changements d’accords qui sortent de la zone de confort habituelle, et l’incursion des instruments celtiques, plutôt absents de l’album. Guy Fletcher précise que Seána Davey joue de la harpe, et qu’ils ont finalement choisi de ne pas utiliser le cymbalum. Généralement, ce type de morceau se termine toujours de façon nette, il est étonnant d’entendre ici un fondu de fin. Toujours sur AMIT, Wolfgang (alias LE) a décelé dans les paroles qu’il s’agirait du corsaire de la chanson Privateering ayant passé une nuit avec une des « dames aux yeux sombres » en échange d’une pierre précieuse…

What I’m Gonna Need

La chanson la plus faible du lot ? Mark marmonne plus qu’il ne chante. Pas sûr de comprendre de quoi ça parle. Des paroles sans doute caustiques ou ironiques, mais dont le sens m’échappe totalement. Certains fans ont évoqué un esprit à la Randy Newman… En tout cas, ce morceau a bien fait de rester uniquement en bonus !

Nothing But Rain

Un blues pesant à écouter les jours de pluie come l’indique le titre. Une rythmique ternaire, et une ambiance pas forcément nocturne mais pluvieuse donc, quelque part entre Fade to black et Planet of New Orleans, avec un solo sur ce qui sonne comme une ES-335 ou 330 mais pourrait tout aussi bien être une Les Paul, une Pensa, ou la Don Grosh.

Vinyle

Dolly Shop Man

Un tempo plus élevé que la moyenne des autres titres, et ça fait du bien. Des réminiscences de Beryl dans la mélodie, avec en plus les chœurs féminins décidemment bien présents durant ces sessions, tout comme la pedal steel. La basse de Glenn Worf est plus audible que sur le reste de l’album, et la guitare de Mark tricote autour du riff. Pas plus d’infos sur le texte, mais à savoir qu’un « Dolly Shop » est un prêteur sur gages non agréé.

Your Leading Man

On croirait entendre la version calypso de So far away… mélangée avec quelques notes de la mélodie de Your perfect song. Et le rapprochement avec le tube de Dire Straits ne se cantonne pas au son de guitare typique, mais également à la thématique puisque selon Matt Duncan, Mark évoque ce que font tous les gens « ordinaires » pendant qu’il est en tournée dans son jet privé, mais surtout qu’il aimerait toujours être avec sa femme, Kitty. Autre interprétation suggérée sur AMIT : comment Kitty mène sa vie quotidienne (jardinerie, enfants, etc…) pendant l’absence de Mark. Le jardinier, le concierge… ont l’occasion de voir sa beauté, pas Mark, qui est absent. Et le fait qu’il veuille être son « premier rôle », serait-ce un lien avec l’ancienne carrière d’actrice de Kitty ? on aurait presque l’impression d’avoir un aperçu de la maisonnée Knopfler ici…

Wrong Un

Des intonations qui rappellent Who’s your baby now pour cette ballade country. Comme souvent chez Knopfler, la couleur guillerette de la musique s’associe à un contenu moins joyeux puisqu’un « Wrong Un » est une personne malveillante. Rien d’exceptionnel sur le plan musical, une petit chanson qui ne méritait pas plus que de figurer dans les bonus.

Chess

Et ces bonus se referment sur un petit bijou. Des influences bossa-nova, et à nouveau la basse de Glenn Worf qui fait des merveilles. La dernière phrase de chaque couplet (chantée ou jouée à la guitare) me fait penser à celle de Preciso Me Encontrar, la chanson qui clôt la bande originale du film Central do Brasil. Les paroles sont comme toujours sans doute à double sens, et plusieurs interprétations sont possibles. Après avoir pensé à une référence au père de Mark à cause du titre de la chanson (il était un joueur d’échecs réputé), les anglophones sur AMIT évoquent un texte ironique dans la lignée de Don’t crash the Ambulance et ses allusions à des personnalités politiques. Ce pourrait être aussi le cas ici, mais on n’en sera jamais vraiment sûr..

Au final, à part les deux morceaux un peu plus faibles What I’m Gonna Need et Wrong Un, les neuf bonus tracks méritent vraiment le détour. Comme quasiment à chaque fois dans la discographie de Mark Knopfler, ces titres écartés de l’album sont largement au même niveau que la tracklist standard. On espère les voir apparaitre bientôt de manière officielle sur les plateformes, afin que tout le monde puisse en profiter légalement…

© Jean-François Convert – Mai 2024

Étiqueté

1 commentaire sur “Les bonus tracks de l’album ‘One Deep River’

  1. Merci Jef pour la chronique. Je ne comprends pas: si les chansons en dehors de l’album sont aussi bonne, pourquoi n’a-t-on pas pensé à un double album ? Vu qu’il possède son propre studio (indépendant des labels, maisons de disques), ça ne poserait aucune contrainte musicale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Suivez ce blog sur les réseaux