Il y a 45 ans, Dire Straits enregistrait sa troisième demo

Le 9 novembre 1977, le quatuor Dire Straits, alors encore inconnu, rentrait en studio pour la troisième fois, afin d’y enregistrer trois morceaux.

Mark et David sur la scène du pub Hope & Anchor à l’automne 1977 (Dire Straits a joué dans ce pub le 10 septembre, les 4, 11, et 18 novembre, ainsi que le 9 décembre. ► Plus d’infos dans cet article d’Ingo Raven)

Les dernières demos de l’année 77

Comme on l’a vu précédemment, après ses débuts en concert à la fin du mois de juin 1977, le groupe nouvellement fondé par les frères Knopfler, John Illsley et Pick Withers, a enregistré une première série de cinq demos en juillet, puis trois autres titres en octobre pour la radio BBC. Quelques semaines plus tard, les quatre musiciens entrent à nouveau en studio pour coucher sur bandes ce qui reste à mes yeux (et surtout mes oreilles) leurs enregistrements les plus intéressants de cette période.

En effet, les trois morceaux mis en boite ce 9 novembre 1977 sont singuliers à plus d’un titre :

Setting Me Up

Cette version de Setting Me Up est vraiment très différente de celle qui aboutira sur l’album quelques mois plus tard. Et même dès janvier 1978, avant l’enregistrement du disque, les versions en concert avaient déjà changé, comme on peut l’entendre sur le bootleg de Leeds du 30/01/1978 (en première partie de Talking Heads). Par conséquent, ce qu’on entend là ce 9/11/77 est véritablement unique, cet arrangement n’ayant sans doute pas survécu très longtemps.

D’autres morceaux enregistrés en démos présentaient quelques différences avec les versions que l’on connait (Six Blade Knife plus rapide, Southbound Again avec un riff différent, Sultans of Swing avec le riff « inversé »), mais on reconnaissait tout de même instantanément les chansons. Pour Setting me Up, on croit vraiment entendre un autre titre, impression que j’ai eue pour ma part à la première écoute en 1992.

La guitare pourrait être la Les Paul Special que Mark jouait avec les Cafe Racers et également lors de certains concerts de Dire Straits, notamment le tout premier en juin 77, celui du 10 septembre 77, ou ceux de fin 79 quand justement Setting me Up refait son apparition dans la setlist.

Eastbound Train

Là aussi, c’est la seule version de ce morceau jouée comme telle. Alors qu’en concert Eastbound Train était interprétée en mode boogie-shuffle, cette version studio est à mon goût beaucoup plus travaillée et n’aurait pas démérité aux côtés des autres titres du premier album. Une rythmique dans le style de celle sur Single Handed Sailor et un son lead très chaud, qui me rappelle l’ambiance globale de l’album Communiqué.

On remarque que même pour une demo, la production est peaufinée avec l’effet de fondu à la fin et le mix au sein de ce qui ressemble à une annonce en gare ? ou un spot radio ? En tous les cas, l’enregistrement avait été pensé comme quelque chose de « finalisé » et pouvant être diffusé. Personnellement j’ai toujours préféré cette version d’Eastbound Train à celles en concert.

Real Girl

Enfin, ce titre est « encore un peu plus inédit que les autres », dans la mesure où il n’apparaissait pas sur le bootleg Early Demos sorti en 1992 et qu’on ne l’a découvert qu’ensuite. Aujourd’hui, cette distinction n’a plus réellement de sens puisque tout est disponible sur le Net, mais pour les anciens chineurs de disques pirates dans les nineties comme moi, Real Girl est longtemps resté quasiment aussi culte que Sacred Loving ! Depuis, le morceau figure sur les nouvelles rééditions des demos.

Mark nous démontre une fois de plus sa dextérité en rythmique fingerpicking, en même temps que des lignes solo cristallines et lumineuses. Real Girl a été joué en live sous la même forme quelques fois en 1978 (Leeds, Barbarella’s), puis a été rapidement abandonné des setlists. Dommage, car c’est encore un morceau que je trouve au même niveau musical que les neuf autres titres du premier album.

Dommage qu’il faille encore se contenter de bootlegs pour avoir ces chansons sur un support physique. Je rêve de rééditions « deluxe » des albums de Dire Straits avec en bonus tous ces trésors, mais j’avoue sans plus trop y croire vraiment… Un jour peut-être aurons-nous enfin droit aux versions « officielles » de ces fameuses demos enregistrées il y a 45 ans.

© Jean-François Convert – Novembre 2022

Étiqueté , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux