GiedRé, chanteuse humoriste, mais pas uniquement

Auteure de chansons à l’humour trash, mais aussi d’une bande dessinée autobiographique, GiédRé a sorti son dernier album ‘Chansons Romantiques au piano’ au mois de juin.

© Nicolas Pons

Des paroles parfois un peu trash

Associer l’humour et la chanson n’est pas nouveau. On pense inévitablement à Boris Vian, Boby Lapointe, Fernandel… plus récemment à Chanson plus bifluorée, Ramon Pipin, Oldelaf ou Vincent Malone. Et dans une moindre mesure, Henri Salvador, ou encore Renaud. Dans les différents types d’humour, il y a le gentillet, l’absurde, le parodique… Ce dernier est un des plus en vogue en ce moment, par exemple avec les Goguettes (en trio mais à 4) qui ont explosé sur YouTube depuis le premier confinement.

Et puis il y a le petit côté trash qu’on aime rajouter, innocemment, sans prévenir. Si Laura Laune s’est engouffrée dans cette brèche (pardon) dans le domaine du stand up, GiédRé lui a emboité le pas (re-pardon) avec ses chansons. Des blagues pipi-caca qui rappellent un peu le côté régressif du Roi des Papas (alias Vincent Malone), mélangées à des pics sarcastiques autour de l’actualité, façon Goguettes justement.

Exemple avec Sac plastique : ne vous fiez pas au début de la chanson qui pourrait laisser penser à une comptine pour enfants. Le dernier couplet n’est pas destiné aux oreilles des plus jeunes…

Le plus savoureux est son côté pince-sans-rire et sa mine de chien battu qui semble tellement sincère dans ces textes souvent caca-prout mais qui qui cachent une réelle sensibilité. On ne peut trouver que touchant ce visage d’ange qui débite (re-re-pardon) des propos impertinents au détour de quasiment chaque phrase. Impossible d’être choqué, ou alors c’est qu’on n’a rien compris à la tendresse sous-jacente de cette chanteuse atypique.

Une Bande Dessinée qui retrace son histoire

On pourrait croire de prime abord que GiedRé est un nom de scène, alors qu’il s’agit tout simplement de son prénom, et se prononce « guié-dré ». Giedrė Barauskaitė est née à Vilnus (Lituanie) en 1985. A la mort de son père, elle émigre avec sa mère et son frère en France au début des années 90. Elle a donc connu l’ancien bloc de l’Est, même si elle était petite.

Elle raconte son histoire dans La Boîte de Petits Pois, une bande dessinée sortie en août 2019. Elle a en a écrit le scénario et Holly R l’a illustrée. Sur sa chaine YouTube, elle a posté l’enregistrement de son premier passage à la radio, alors qu’elle venait juste d’arriver en France.

Le tournant dans sa carrière

Après cette enfance en ex-URSS, son arrivée en banlieue parisienne, puis un un aller-retour en Lituanie, Giedré s’installe à Strasbourg. Elle va ensuite entamé des études de droit et dans le même temps s’orienter vers le théâtre. Etudes au cours Florent, qui débouchent sur des petits rôles dans des séries, feuilletons, court-métrages… Puis c’est la rencontre avec la bande de entre autres, Raphaël Mezrahi, Laurent Baffie, Oldelaf, qui lui permet d’enregistrer les chansons qu’elle écrit, compose, et joue dans les bars, mais sans réel objectif au départ d’en faire son métier.

Et finalement elle sort son Premier disque en 2011 et enchaine les succès sur la décennie qui suit, et s’exporte même au Japon !

Installée dans les Cévennes avec son compagnon Pierre-Emmanuel Barré, également humoriste décapant, elle a tourné avec lui pendant le premier confinement des vidéos, c’est le cas de le dire, complètement barrées !

Ses textes souvent crus abordent des sujets comme la prostitution ou la pédophilie. Les paroles contrastent avec la simplicité de sa musique, son apparence innocente et ses costumes de scène enfantins.

Derrière les textes percutants et incisif, des messages pointent le bout de leur nez. Au delà des répliques qui font mouche et des calembours scatologiques, on sent bien les sujets qui lui tiennent à cœur, que ce soit l’enfance maltraitée, la politique langue de bois, le racisme ordinaire, le machisme banalisé, ou les normes sociales imposées aux femmes :

Ce titre A poil est justement son dernier single, issu de l’album Chansons Romantiques au Piano, sorti en juin.

Nouvel opus entre humour décalé et piano classique

Fidèle à son cocktail de décalage entre textes et musique, GiédRé a sorti avant l’été un album se présentant comme un recueil de Chansons Romantiques au Piano. Rien d’étonnant pour celle qui a pratiqué l’instrument de nombreuses années au conservatoire, mais toujours avec ces paroles en équilibre entre poésie candide et sarcasme aiguisé.

Rien que le livret de présentation est un joyau de déconnade, à mi-chemin entre Gotlib et les Monty Python

La chanteuse est annoncée comme un OCNI : « Objet chantant non identifié ». Dans ce huitième album studio d’une carrière déjà bien remplie en 10 ans, GiedRé chante l’écologie, la mort, le racisme, la société de consommation, le féminisme…

Le titre qui ouvre le disque, Des grosses papouilles, avait fiat l’objet d’un clip dans un style très musique de chambre, et mis en ligne il y a bientôt un an :

GiedRé reprend ce mois de septembre, ses tournées qu’elle appelle ses « tournantes », organisées par ses « proxénètes »… ses « constacles » (« concert +spectacle ») se situent quelque part entre le music-hall et le stand up. Pas vraiment du théâtre, ni tout à fait un concert, le tour de chant de GiedRé est unique en son genre.

Tout un programme !

Infos via Nicolas Miliani 

© Jean-François Convert – Septembre 2021

Étiqueté , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux