Une photo de Dire Straits à Paris en juin 1983

Les comptes Instagram et Facebook officiels de Dire Straits ont publié aujourd’hui une photo inédite du groupe à Paris en juin 1983.

© Patrick Aventurier

La photo est identifiée « Palais des Sports de Paris, Juin 1983 » et signée du photographe professionnel Patrick Aventurier. Elle semble prise depuis le côté droit de la scène (vue du public) derrière des flight-cases. Sans doute que le photographe avait un accès backstage.

Étant donné la position de Mark Knopfler, on peut supposer qu’il s’agit du final de Tunnel of love, car le leader de Dire Straits avait l’habitude de terminer ce morceau genoux à terre, comme on peut le voir dans la vidéo du live Alchemy. Mais il se pourrait aussi que ce soit durant le solo final de Sultans of swing. En effet, Mark y adopte une posture un peu similaire, à 9:14 dans la vidéo ci-dessous :

Cependant, le bassiste John Illsley porte encore sa veste pendant Sultans of swing (était-ce le cas tous les soirs ?) et il ne l’a plus sur la photo. Deux éléments auraient pu nous donner la réponse :

  1. Voir plus distinctement la guitare d’Hal Lindes. Si c’est la Telecaster, alors c’est obligatoirement Sultans of swing, sinon c’est Tunnel of love
  2. Avoir la photo en couleur qui permettrait de déterminer la guitare de Mark : si c’est la stratocaster rouge c’est Sultans of swing, si c’est la stratocaster sunburst c’est Tunnel of love.

Et d’ailleurs, Brunno Nunnes avait posté la photo en couleur il y a quelques mois :

Il semble bien qu’Hal joue sa Telecaster ce qui confirme Sultans of swing. Quant à la strat de Mark, elle donne l’impression d’être noire, mais c’est sans doute lié à l’éclairage. Mark utilisait effectivement une strat noire sur Portobello Belle, mais elle était équipée d’un capo, ce qui n’est pas le cas sur cette photo.

Enfin, pour les aficionados de détails, comme l’auteur de ces lignes, on note qu’à côté de la pédale de volume Ernie ball (argentée), il y a une pédale wah-wah (noire). À cette période de la tournée, It never rains avait disparu de la setlist. Peut-être la wah-wah servait-elle pour Industrial disease ? En position fixe ? Ou alors c’est que le pedal-board est resté le même depuis le début de la tournée (où It never rains était joué). Un pedal-board signé Pete Cornish, le célèbre technicien qui avait fabriqué celui de David Gilmour pour la tournée Animals.

En fait, quand on regarde la vidéo d’Alchemy, on voit bien la wah-wah, mais je ne l’avais jamais notée auparavant. Il a fallu cette photo postée aujorud’hui poru que je m’en rende compte… merci Patrick Aventurier !

© Jean-François Convert – Février 2022

Étiqueté , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux