Pink Floyd : “The Wall” a 40 ans

Alors qu’on vient de célébrer les 30 ans de la chute de celui de Berlin, retour sur un autre “mur”, âgé de 4 décennies, et devenu depuis, l’album le plus célèbre des Floyd avec “Dark side of the moon”.

L’origine de l’œuvre

Durant la tournée de 1977, intitulée In the Flesh, et faisant suite à l’album Animals, un événement va se produire, qui conduira à la genèse de The Wall :

En cette deuxième moitié des seventies, alors que le mouvement punk fait rage, Pink Floyd passe déjà pour un dinosaure. Le succès énorme de Dark side of the moon en 1973, puis des deux albums suivants, a propulsé le groupe dans une autre sphère. C’est l’essor des concerts en stades pour tous les grands groupes (Stones, Who, Led Zep…) et les tournées prennent des allures de péplums. Certains concerts atteignent 80 000 spectateurs…

Le dernier concert de la tournée : le 6 juillet 1977 au Stade Olympique de Montréal © Protogenes the First

Roger Waters, qui a pris les rennes du groupe sur le plan de l’écriture, supporte de moins en moins ce statut de groupe superstar. Ce qui l’insupporte par dessus tout, c’est l’attitude d’une partie du public qui saute, danse, crie, et réclame les tubes Money ou Time, alors que lui voudrait qu’ils écoutent attentivement sa dernière oeuvre, inspirée d’Orwell : Animals.

Il se retrouve en plein paradoxe et contradiction avec ses aspirations artistiques :

comment écrire à l’encontre des concerts en stades géants, en jouant dans des stades géants ?

Lors de l’ultime concert du In The Flesh Tour le 6 juillet 1977 au Stade Olympique de Montréal , il craque et crache sur un fan des premiers rangs, qui perturbait le concert en poussant les gens contre la barrière de la scène.

Plusieurs vidéos relatent l’histoire, connue sous le nom de “spitting incident” ( “incident du crachat”).

Les faits se déroulent durant Pigs (Three Different Ones)

C’est de cette expérience malheureuse que germe l’idée de The wall dans la tête de Waters : construire un mur entre lui et le public, et plus généralement entre lui et le reste du monde….

Le concept-album

La vision noire et virulente de Waters

Ainsi naît The Wall, un double album concept qui concentre toutes les frustrations et le mal-être de Waters. Tout y passe : le traumatisme de la perte de son père, les brimades à l’école par ses professeurs, ses déconvenues sentimentales, une mère étouffante, la paranoïa créée par tout ce contexte, mêlé au climat malsain du showbizz qui en demande toujours plus…. jusqu’à oser la comparaison entre un concert de rock et un rassemblement de fascistes.

The Wall vu par © Denys Legros

Mais en plus de proposer une réflexion sur l’incommunicabilité, c’est aussi un brûlot antimilitariste et anti-establishment. Le tube de l’album, Another brick in the Wall part 2, qui fustige l’enseignement autoritaire, est interdit de diffusion en Afrique du Sud, après que des étudiants noirs l’aient adoptée comme hymne contestataire.

Waters ira encore plus loin dans The final cut, en s’adressant directement à Thatcher, et en critiquant ouvertement sa politique, tout autant que celle du bloc de l’Est de l’époque.

Les arrangements et la production de Gilmour

Musicalement, le groupe continue dans sa veine prog-rock avec l’enchaînement des morceaux, et l’ajout de divers bruitages et dialogues, comme il l’avait déjà expérimenté dans Dark side of the moon, et dans une moindre mesure dans Wish you were here.

C’est là que je deviens la force musicale du groupe.

Waters écrit les textes

David Gilmour

Depuis déjà l’album au prisme de 1973, Roger Waters est devenu l’unique auteur des paroles du Floyd. Les compositions musicales se partagent entre lui, Gilmour et Wright. Mais ce dernier devient moins productif dans la seconde moitié des seventies, et Gilmour impose sa patte en matière d’arrangements et de production. Même si la plupart des morceaux sont intégralement composés par Waters, le style Gilmour est immédiatement perceptible dès les premières notes, dès le premier riff

Que ce soit dans le chant ou le jeu de guitare, le musicien prouve qu’il est encore incontournable pour produire le “son Pink Floyd”

Il poursuit son expérimentation sonore débutée plusieurs années auparavant et obtient des sonorités qui ont fait rêver plus d’un apprenti guitariste. Le solo de Another brick in the wall part 2 est par exemple un modèle du genre : sa Les Paul Gold Top aux micros P90 a été enregistrée directement dans la console sans aucun effet, puis l’enregistrement a ensuite été repassé dans un ampli pour recréer ce son caractéristique, reconnaissable entre mille, pour un solo devenu mythique.

Les explications de Gilmour himself à partir de 4:08 dans la vidéo :

Et toujours ces ambiances planantes qui ont forgé la légende du groupe. Une Strat, encore une fois directement dans la console, un peu de delay….that’s it !

Un rock élaboré et symphonique

L’album étant entièrement lié et d’un seul tenant, il n’y a plus de longues pièces comme dans les disques précédents. Plutôt une succession de chansons “courtes”, la plus longue Comfortably Numb dépassant à peine les 6 minutes (ce qui est court à l’époque pour un morceau de Pink Floyd et de n’importe quel groupe de rock progressif). Une démarche qui rappelle étrangement celle opérée par Genesis cinq ans auparavant avec The lamb lies down on Broadway.

Cette musique devait figurer au départ sur le premier album solo de Gilmour en 1978. Elle devient finalement un des morceaux les plus emblématiques du Floyd et reste encore aujourd’hui le point d’orgue des concerts aussi bien de Gilmour, que de Waters.

Les arrangements de tous les morceaux sont très travaillés et font appel à de nombreux musiciens additionnels : Jeff Porcaro sur Mother, le guitariste Lee Ritenour sur One of My Turns et Comfortably Numb, Ron di Blasi à la guitare classique sur Is There Anybody Out There? James Guthrie, Freddie Mandel… et même Brian Wilson aux arrangements vocaux !

Mais la contribution la plus notable est celle du producteur Bob Ezrin qui co-signe avec Waters The Trial. Un final aux allures de mini-symphonie, avec grand orchestre et chorale.

Le mélange rock et musique classique est récurrent tout au long de l’album, surtout sur le deuxième disque avec le triptyque Nobody Home, Vera et Bring the boys back home, ce dernier morceau en étant le point culminant en matière d’envolée lyrique et symphonique

Un disque à écouter en boucle ?

Pour parachever le concept de cycle, et la notion de perpétuel recommencement de l’enfermement personnel puis de l’obligation du protagoniste à se confronter au monde extérieur, le double disque débute et finit sur des mots, qui, lorsqu’on les recolle entre eux, donnent cette phrase :

“ISN’T THIS WHERE WE CAME IN ?”

“N’est-ce pas ici que nous sommes entrés ?”

Et ce sont bien les notes du dernier morceau Outside the wall qu’on entend au tout début du premier disque, juste avant In the Flesh, avec les mots « We came in » :

Le dernier morceau Outside the wall se termine par les mots « Isn’t this Where » :

Un message caché…

Ce clin d’œil en début et fin de l’album n’est pas le seul “message caché” figurant dans The Wall. Roger Waters s’est amusé à en glisser un autre dans Empty Spaces, cette fois à l’envers. A 1:12 sur le canal gauche

L’histoire du rock regorge de légendes sur des paroles lues à l’envers qui cacheraient des soi-disant messages sataniques. Des Beatles à Led Zeppelin, on ne compte plus les rumeurs qui ont poussé plusieurs générations d’auditeurs à tenter de résoudre des énigmes en faisant tourner leurs 33 tours dans le sens inverse….

Pour prendre le contre-pied de cette mythologie rock, l’auteur de The wall, histoire sombre et psychotique, glisse une note d’humour avec ce message à l’envers. En effet, lu à l’endroit, voici ce qu’il révèle :

« Congratulations. You have just discovered the secret message »

« Félicitations, vous venez de découvrir le message caché »

Pour être plus exact, voici le message en entier :

Roger Waters : “Congratulations. You have just discovered the secret message. Please send your answer to ‘Old Pink’, care of the funny farm, Chalfont…”
Producteur James Guthrie : “Roger, Carolyne’s on the phone…”

Carolyne, de son patronyme complet Carolyne Christie, est la femme de Roger à l’époque. Ils divorceront en 1992. Mais The wall fut le théâtre d’un autre divorce….

La désagrégation du groupe

Les tensions au sein du groupe étaient déjà apparues durant l’enregistrement du précédent album Animals, Waters prenant de plus en plus le leadership, sans vraiment laisser le choix aux 3 autres, disent certains. Au cours des sessions de The Wall, il vire carrément Richard Wright. Les deux autres ne bronchent pas. Wright expliquera beaucoup plus tard qu’il était lui même dans une phase personnelle difficile, et plutôt léthargique en studio, ne proposant pas grand chose musicalement. On a souvent l’habitude de le présenter en victime face au soi-disant grand méchant Waters, il semblerait que la vérité soit un peu plus nuancée que cela (plus de précisons sur la page Wikipedia)

Wright, Waters, Gilmour et Mason en promotion pour la tournée de 1980. Des sourires de façade ?

Quoiqu’il en soit, Pink Floyd se retrouve officiellement provisoirement un trio. Il est amusant de noter que tout au long de la carrière du groupe, le batteur Nick Mason, finalement le plus effacé des 4, a été le seul membre à faire partie des différents line-up ! Aucun des autres n’a couvert l’intégralité de la longévité du Floyd !

La tournée 1980-1981

Malgré son limogeage, Richard Wright se retrouve enrôlé pour la tournée en tant que musicien additionnel ! Au même titre que le guitariste Snowy White (qui accompagnait déjà le groupe en 1977), le bassiste Andy Bown, ainsi que d’autres musiciens aux claviers, batterie ou aux chœurs.

On peut imaginer la part d’humiliation et de frustration qu’il a dû subir dans cette histoire. Mais paradoxalement, il se retrouve le seul des 4 à ne pas perdre de l’argent sur cette tournée, car en tant que sideman, il n’investit rien dans la production, à la différence des 3 autres qui mettent en jeu leurs deniers personnels pour financer le spectacle au dispositif impressionnant, mais très coûteux.

Deux inédits

Pour la première fois dans la carrière du groupe, la setlist des concerts ne contient que leur dernier album et aucun rappel. De plus, deux particularités, qu’on ne retrouve pas dans la version studio :

What shall we do now

Cette chanson était au départ enchaînée à Empty Spaces, et s’insérait donc avant Young Lust. Mais elle fut supprimée au moment du mastering par faute de place sur la première face du premier vinyle. Le groupe l’a reprise en live, et elle figurera dans le film.

Last few bricks

Autre morceau joué en live et non présent sur l’album studio : ce medley musical, reprenant plusieurs thèmes des chansons précédentes, servait à combler le temps nécessaire aux techniciens pour finir de bâtir le mur, avant Goodbye cruel World

Selon les soirs, la jam pouvait durer plus ou moins longtemps

Earls Court

Parmi les quelques concerts filmés, ceux au Earls Court restent les rares témoignages officiels de cette tournée.

 

 

Cliquez ici pour accéder à la playlist YouTube

L’album Is there anybody out there ?

Ce sont ces mêmes concerts qui servent de base au double live qui sort en 2000. Is there anybody out there ? reprend l’intégralité du show

Cliquez ici pour accéder à la playlist YouTube

Nassau Coliseum, New York

D’autres concerts ont été filmés en amateur, comme par exemple celui-ci à New York, le 27 février 1980

Playlist compilation

Cette playlist regroupe la plupart des vidéos disponibles sur YouTube, concernant cette tournée :

Cliquez ici pour accéder à la playlist YouTube

 

 

Le film

En 1982, soit 3 ans après la sortie de l’album, un film est réalisé par Alan Parker (Angel Heart, Birdy, Fame, Midnight Express, Mississippi Burning, The Commitments…) avec Bob Geldof dans le rôle-titre, alors que Waters aurait aimé l’interpréter lui-même.

Il s’agit plus d’un très long clip que d’un véritable film au sens cinématographique du terme. Les séquences réelles alternent avec les animations de Gerald Scarfe qui avait déjà réalisé les visuels de l’album.

Cliquez ici pour accéder à la playlist YouTube

La plupart des morceaux utilisés dans le film sont dans leurs versions originales de l’album. Hey you et The Show Must Go On n’y figurent pas. What shall we do now est réintégré (après avoir été supprimé au moment du mastering pour faute de place), et un inédit vient se rajouter : When the tigers broke free (il sera intégré sur la réédition remastérisée de The final cut, qui est la « suite » de The Wall). Quelques versions diffèrent légèrement, la plus notable étant Mother. Bob Geldof chante sur les deux In the flesh et marmonne Stop. Outside the Wall est allongé pour illustrer le générique de fin, avec l’ajout de chœur et orchestre.

 

 

Les versions live de Waters en solo

Après la séparation du groupe et de Roger Waters en 1985, les morceaux emblématiques de l’album on été repris en live par le trio Gilmour-Wright-Mason : Another brick in the wall part 2, Comfortably Numb, Run like hell, et Hey you. Gilmour en solo a pour sa part repris Comfortably Numb, et Run like hell.

De son côté, Waters a rejoué l’album dans son intégralité à deux reprises :

Le concert à Berlin en 1990

Le 21 juillet 1990, l’ex-leader de Pink Floyd donne un show monumental sur la Potsdamer Platz à Berlin, quelques mois après la chute du mur, et la fin de l’URSS. Il réunit pléthore d’invités, notamment The Band, Scorpions, Cyndi Lauper, Sinéad O’Connor, Van Morrison, Marianne Faithfull, Ute Lemper, ou encore Bryan Adams.

Cliquez ici pour accéder à la playlist YouTube

L’album sort le 21 août 1990

Cliquez ici pour accéder à la playlist YouTube

La tournée en 2010-2013

Vingt ans plus tard, le chanteur-bassiste remet ça, mais cette fois pour une tournée mondiale s’étalant sur trois ans, et s’achevant au Stade de France le 21 juillet 2013.

Parmi les temps forts de la tournée, on retiendra la date du 12 mai 2011 à Londres où Nick Mason est venu jouer des percussions, mais surtout David Gilmour a réinterprété Comfortably Numb tout en haut du mur, comme à la belle époque du groupe

Le mur qui avait divisé les membres d’un des plus grands groupes de l’histoire du rock, a finit par les réunir à nouveau (même s’il y avait déjà eu le concert à l’occasion du G8 en 2005).

Un mur qui reste 40 ans après sa sortie, le double-album le plus vendu au monde. Happy Birthday to The Wall.

Sources

  • Site web The Wall Complete : https://thewallcomplete.com/
  • Page Wikipedia
  • Hors-Série Rock & Folk (juillet 1994)
  • Jean-Marie Leduc & jean-Noël Ogouz, Le rock de A à Z, Ed. Albin Michel (1990)
  • Pink Floyd, l’odyssée rock, Documentaire de François Chaumont (2013)
  • Magazines, Interviews, Forums…

 

 

© Jean-François Convert – Novembre 2019

Étiqueté , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux