Lloyd : “Black Haze”

Attention bombe rock !

Sorti hier, le 12 avril, l’album Black Haze semble être une réédition d’un groupe des seventies.
Le trio LLOYD n’en est pas à son coup d’essai : formé en 2011, il a déjà deux EP et deux singles à son actif. Mais cet opus est leur premier véritable album.

On peut vraiment parler d’album au sens où on l’entendait dans les années 70, avec un début et une fin.
Sauf qu’en plus ici, il nous est proposé de faire le voyage en empruntant deux routes : soit celle des numéros de la tracklist, soit celle des numéros en chiffres romains qui précèdent chaque titre de morceau :

  1. I. Dreams Overture
  2. IX. The Fall
  3. X. Black Haze
  4. VIII. Not A Dreamer
  5. IV. Wild Trip
  6. III. Prince Of Clouds
  7. V. Lust For Dreams
  8. VI. Blame Me
  9. II. Anger
  10. VII. I Leave
  11. XI. Delirium

Un concept inédit, surtout à l’époque actuelle où la musique se consomme de façon éparpillée, éclatée, ponctuelle.

Il faut donc être disponible une heure environ (57 minutes et 59 secondes exactement) et embarquer pour un périple sonore riche et varié qui évoque des grands noms tels Pink Floyd, Led Zeppelin, Supertramp, Genesis, Yes, King Crimson, Marillion ou Mike Oldfield (la voix du chanteur Alexis a parfois des intonations qui rappellent Barry Palmer)

A priori, c’est plutôt l’influence prog qui domine, mais des couleurs arabisantes/flamenco comme dans Lust for dreams, la chanson-titre, Not a dreamer, ou blues rock dans I leave (avec son riff imparable) viennent brouiller les pistes, ou au contraire s’ouvrir sur une modernité assumée qui ne renie pas son ancrage dans le « classic rock ».

© Stephane Letur

Des claviers majestueux, des guitares puissantes et tortueuses, des harmonies vocales très travaillées qui donnent parfois un léger côté pop.
On a constamment le sentiment d’écouter une symphonie rock, mais qui ne verse jamais dans le pompeux.

Le thème central de l’album est le rêve, et ce n’est pas un hasard si le premier single qui a été mis en ligne à l’automne dernier était Not a dreamer. Son rythme obsédant ne vous lâche plus après la première écoute, et les lignes mélodiques évoquent une fois de plus le moyen orient. Le visuel du clip renforce le caractère onirique du morceau.

Le groupe a prouvé sa capacité à réarranger les morceaux en version acoustique, en les jouant live en studio :

Impossible de détailler toutes les chansons, tellement elles sont liées comme les chapitres d’un livre, mais qu’on pourrait lire dans le désordre, pour vivre une expérience différente.

Quelques sensations recueillies, selon l’ordre d’écoute :

  • Dreams Overture est déjà une mini-symphonie à elle toute seule, le morceau le plsu long de l’album. Sublime
  • Anger démarre avec des claviers à la Supertramp, puis bifurque vers un hard-funk dévastateur, avant de terminer sur un lyrisme flamboyant au riff lourd et pesant.
  • La superbe ballade The fall nous transporte dans un monde imaginaire où l’on croit entendre des voix de féés ou d’êtres surnaturels.
  • Le morceau-titre pourrait être un croisement entre Discovery de Mike Oldfield et Awaken de Yes.
  • Wild trip, deuxième single sorti fin mars, nous ramène au rock puissant, à la mélodie évidente taillée pour le tube :

Mais il ne faut surtout pas limiter LLOYD à leurs influences, ou aux références qu’on peut entendre ici et là. Car cet album témoigne d’une véritable singularité dans la production rock actuelle. Un parfait équilibre entre puissance et subtilité, entre lyrisme et mystère. Laissez-vous emporter par ce trio, vous ne le regretterez pas.

LLOYD jouera au festival off de Bourges
Retrouvez leurs autres dates sur leur page

Infos via Yann LandryLa Tête de l’Artiste

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.