Il y a 15 ans était filmé le concert de M. Knopfler et E. Harris

Le 28 juin 2006 à Los Angeles se tenait le concert de Mark Knopfler et Emmylou Harris, sorti sur CD et DVD en novembre de la même année sous le titre Real live roadrunning.

© Denys Legros

Un concert unique pour le DVD

Après leur album commun All the roadrunning sorti le 24 avril 2006, Mark Knopfler et Emmylou Harris partent sur les routes d’Europe en commençant par Bruxelles le 26 mai, puis traversent l’Atlantique et terminent leur tournée le 30 juin à Berkeley. Deux jours avant cette dernière date, ils filment et enregistrent le concert au ‘Gibson Ampitheatre’ de Los Angeles. C’est cette performance qui sortira le 14 novembre en DVD et CD : Real live roadrunning.

Un seul et même concert donc (mis à part le bonus sur le CD, All that matters, issu du show à Paris le 12 juin) pour une performance bien huilée puisqu’en fin de tournée. La quasi-intégralité du concert figurera sur le DVD, sauf Michelangelo, retiré du montage et mix final, à la demande d’Emmylou Harris. Dommage, un très beau morceau, et le seul du répertoire de la chanteuse où Mark empoigne une guitare électrique et embellit la musique de son toucher unique. Il existe plusieurs versions bootleg de ce morceau au cours la tournée, voici celle d’Olso le 31 mai :

Autre titre qui ne figure pas sur Real live roadrunning, mais cette fois parce qu’il a été écarté de la setlist après la fin mai : Donkey town. Dommage aussi, mon morceau préféré de l’album tant il touche au sublime avec peu de notes. Les voix des deux protagonistes se marient à merveille, et Mark fait tinter la guitare National. Là aussi, plusieurs versions existent (Bruxelles, Oslo, Zurich…), voici celle de Bruxelles :

Mais revenons à notre concert du 28 juin. Mis à part ces deux titres qu’ on ne trouve qu’en pirate, et All that matters qui ne figure que sur l’édition limitée avec CD car non jouée à Los Angeles, tous les autres morceaux de la tournée sont au programme. Et quel programme !

Une setlist équilibrée

Sur les 17 chansons du DVD, on en retrouve 7 de l’album, 3 du répertoire d’Emmylou Harris, 4 de la carrière solo de Mark (5 si on compte le bonus du CD), et 3 de la période Dire Straits. Tous les morceaux sont joués par Mark et Emmylou hormis deux titres : Romeo & Juliet et Song for Sonny liston, où la chanteuse s’éclipse pour laisser le frontman seul en scène.

La setlist du concert

  1. Right now
  2. Red staggerwing
  3. Michaelangelo
  4. I dug up a diamond
  5. Born to run
  6. Red dirt girl
  7. Band introduction
  8. Done with Bonaparte
  9. Romeo and Juliet
  10. Song for Sonny Liston
  11. Belle Starr
  12. This is us
  13. Boulder to Birmingham
  14. All the roadrunning
  15. Speedway at Nazareth
  16. So far away
  17. Our Shangri-La
  18. If this is goodbye
  19. Why worry

La tracklist du DVD

  1. Right now
  2. Red staggerwing
  3. Red dirt girl
  4. I dug up a diamond
  5. Born to run
  6. Done with Bonaparte
  7. Romeo and Juliet
  8. Song for Sonny Liston
  9. Belle Starr
  10. This is us
  11. Boulder to Birmingham
  12. All the roadrunning
  13. Speedway at Nazareth
  14. So far away
  15. Our Shangri-La
  16. If this is goodbye
  17. Why worry

La tracklist du CD

  1. Right now
  2. Red staggerwing
  3. Red dirt girl
  4. Done with Bonaparte
  5. Romeo and Juliet
  6. All that matters
  7. This is us
  8. All the roadrunning
  9. Boulder to Birmingham
  10. Speedway at Nazareth
  11. So far away
  12. Our Shangri-La
  13. If this is goodbye
  14. Why worry

Chacun des deux artistes prend ainsi les feux de la rampe à tour de rôle, et apport sa patte sur les chansons de l’autre. Emmylou chante de très belles harmonies vocales sur Done with Bonaparte, So far away, Speedway at Nazareth ou Our Shangri-La. Mark se fait plus discret sur le répertoire de sa consœur : chœurs et guitare acoustique sur l’énergique Born to run, guitare seule sur le très beau Red dirt girl et le lyrique Boulder to Birmingham (souvent repris par Joan Baez). Pour ces chansons c’est finalement Richard Bennett qui prend plus la lumière en prenant les parties de guitare électrique. Mark l’avait dit lors de la promo de l’album :

« ça va vraiment être sa tournée »

Mark Knopfler à propos de Richard Bennett

Et effectivement, Richard n’a jamais été autant mis en avant de toutes les tournées avec Mark Knopfler. Lapsteel sur Red Staggerwing et Belle Starr (et également sur All that matters), solo reprenant la mélodie à la Telecaster sur Born to run, très beaux arpèges à la Strato sur Boulder to Birmingham, et magnifique solo en doublé avec Mark sur I dug up a diamond, un des grands moments de la soirée.

Les moments forts du concert

Parmi les meilleurs passages du show, il y a ce final à deux guitares sur I dug up a diamond. Après être resté dans l’ombre durant la première partie de la chanson, Richard rejoint Mark, lui aussi Les Paul en main, pour un solo à deux voix. Un duo à la fois mélodique et affirmé, velouté et rugueux en même temps. Au cours de la carrière de Mark Knopfler, c’est sans doute une des plus belles collaborations qu’il a eue avec son deuxième guitariste :

Autre point d’orgue du show : Our Shangri-La. Cette version du morceau-titre de l’album sorti en 2004 est pour moi la plus belle. Les voix de Mark et Emmylou, et surtout la longue outro avec dialogue entre la guitare de Mark, le violon de Stuart Duncan et le piano de Matt Rollings. Tout est parfait. A mon humble avis, jamais cette chanson n’a été autant sublimée que lors de cette tournée, et particulièrement pour ce concert :

Parmi mes autres passage favoris du DVD, je citerais une magnifique version de Romeo and Juliet, un très bon solo sur Song for Sonny Liston, l’ouverture sur Right now avec Mark brodant un peu à la slide (même s’il s’est un peu plus en retenue par rapport aux premiers concerts de la tournée) l’émotion palpable d’Emmylou Harris sur Red dirt girl et Boulder to Birmingham, la Telecaster de Mark sur Belle Starr avec un riff d’intro quelque part entre No wonder he’s confused et Two young lovers, un Speedway at Nazareth puissant (même si j’ai un petit faible pour les versions de 2001), un Done with Bonaparte qui y gagne avec la voix d’Emmylou, le violon de Stuart Duncan et les blagues d’intro un peu renouvelées (« j’ai Emmylou Harris qui joue de la guitare dans mon groupe ! et elle chante aussi un peu… ») et un très beau Why worry épuré qui clôt le show en toute sobriété.

A l’inverse, certains morceaux de l’album ne me donnent pas la même émotion que sur leur version studio : la guitare de Mark sur All the roadrunning a perdu de son crunch, If this is goodbye demeure difficilement égalable en comparaison de l’émotion d’Emmylou lors de l’enregistrement en studio, This is us manque cruellement de la rythmique typique de Mark, et Red Staggerwing n’apporte rien de particulier si ce n’est un peu plus de fiddle en mode bluegrass.

Au global, un excellent concert, et surtout un des rares DVD de la carrière solo de Mark Knopfler (avec A night in London). Donc précieux et rare ! A savourer en attendant les arlésiennes de Madrid 2001 ou le documentaire d’Henrik Hansen… Au moins on a ce Real live roadrunning, témoin d’un concert qui a eu lieu il y a tout juste 15 ans aujourd’hui.

© Jean-François Convert – Juin 2021

2 commentaires sur “Il y a 15 ans était filmé le concert de M. Knopfler et E. Harris

  1. Très bon concert mais quel dommage de ne pas l’avoir eu en intégralité sur CD…
    Mention spéciale à I dug up.

    1
    1. oui tout à fait d’accord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux