Concert manqué mais rencontre réussie avec Gaëlle Buswel

Samedi après-midi j’ai pu échanger avec Gaëlle Buswel avant son concert, auquel je n’ai malheureusement pas pu assister.

© Jean-François Convert

En chair et en os

Samedi 18 septembre. Rendez-vous est pris pour rencontrer Gaëlle Buswel au Festival de Pérouges dans l’Ain, à côté de Lyon (Festival habituellement en juin, reporté à cause des mesures sanitaires). Depuis 4 ans que je suis la chanteuse, avec la chronique de l’album New day’s waiting, puis la rencontre de son guitariste Michaal Benjelloun en concert dans un bar à Paris, du batteur Steve Belmonte à un concert de Paul Personne, les échanges sur les réseaux sociaux, et enfin une interview par téléphone en avril à l’occasion de la sortie de Your journey… on a enfin pu se rencontrer en vrai !

Très bel échange avec Gaëlle et Michaal. La passion et l’enthousiasme sont palpables. Le fait de reprendre les concerts, de rencontrer à nouveau le public. « C’est que du bonheur, mais il faut qu’on reprenne le rythme… depuis 1 an et demi on n’avait plus l’habitude » confesse la chanteuse. Et malgré son parcours aux allures de conte de fées qui lui a permis d’enregistrer à Abbey Road, Gaëlle n’oublie pas d’où elle vient :

« à nos débuts avec Michaal, on jouait parfois devant 5 personnes, dont mes parents et sa famille ! »

Gaëlle Buswel

Une humilité qui l’honore, et qui l’aide à garder les pieds sur terre, tout en savourant son succès grandissant depuis plusieurs années. Un succès qui lui a donné l’occasion de faire les premières parties de Ringo Starr, ZZ Top… et la date avec Deep Purple en juin prochain est bien retenue ! Mais, en étant amatrice autant de rock, d’Americana, de country, de folk et même d’Opera, Gaëlle ne cache pas son envie de vouloir essayer d’autres choses, et garde notamment en tête l’idée de donner des concerts acoustiques…

Quant à Michaal, il s’est senti « comme un gamin » quand Val Martins lui a apporté son nouvel ampli juste avant les balances. Il faut dire que le fabricant habite dans la région, au sud du Rhône, à la frontière de la Loire et de l’Isère.

© Facebook Michaal Benjelloun

Un cadre magnifique

Le concert se déroulait dans le parc du château de Chazey-sur-Ain. Des gradins, une fosse, un food-truck Hard Rock Café, des toilettes sèches écolo, une équipe du festival chaleureuse, sympathique et disponible, le tout dans un cadre plus qu’agréable dans une petite commune de l’Ain, à quelques dizaines de kilomètres de Lyon.

Des balances prometteuses

Les chansons répétées pendant les balances laissaient entrevoir un beau programme. C’était une journée mettant les femmes à l’honneur. Le set prévoyait Gaëlle Buswel et Laura Cox, avec en plus deux titres où la guitariste hard-rockeuse venait rejoindre Gaëlle sur scène : So blue, le tube de New day’s waiting, et une reprise de ZZ Top, Tush, composée et chantée à l’origine par Dusty Hill, décédé récemment. Un hommage au bassiste barbu du trio texan, dont Gaëlle avait fait la première partie dans ce même festival il y a 2 ans.

Et puis dans un autre registre musical, Gaëlle et Marie Rigaud, la directrice du festival, reprenaient What a wonderful world de Louis Armstrong. Un morceau qui a une signification importante pour le festival de Pérouges, et qui trouvait un écho particulier en cette année des 100 ans de la naissance, et 50 ans de la disparition du jazzman le plus célèbre du monde.

Enfin, le groupe en ouverture à 19h15, grand gagnant du tremplin rock, était Hearscape, mené par la chanteuse Léa Berthoux. Une journée annoncée 100% « Girl’s rock » par le festival.

Et quand on voit des vidéos du concert, effectivement ça a du être un chouette concert !

Un concert auquel je n’ai malheureusement pas pu assister, suite à un contretemps fâcheux, mais sans gravité. Ce n’est que partie remise, et le rendez-vous est déjà pris pour juin 2022 avec Deep Purple, à nouveau au festival de Pérouges. See you there Gaëlle !

© Jean-François Convert – Septembre 2021

Étiqueté , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux