Une chanson à la loupe : ‘Love is all around’

Beaucoup de gens ont découvert cette chanson dans le film ‘Love actually’. D’autres se souviennent du tube des années 90. Mais peu savent que le morceau remonte aux sixties. Petit tour d’horizon non exhaustif des différentes versions.

The Troggs (1967)

Le quatuor britannique The Troggs (abréviation de The Troglodytes, nom sous lequel il est initialement formé, un peu comme Tyrannosaurus Rex devenu T.Rex) est surtout connu pour son méga-hit Wild thing, que Jimi Hendrix transcende notamment au festival de Monterey. Mais un autre de leurs morceaux a également connu un énorme succès, surtout à travers des reprises : Love is all around.

Ecrite et composée par le chanteur du groupe Reg Presley, la chanson est extraite de l’album Cellophane, et publiée comme single au Royaume-Uni en octobre 1967, atteignant la cinquième place des charts britanniques et la septième place au Billboard Hot 100 aux États-Unis le 18 mai 1968. En cette deuxième moitié des sixties, la pop ose de plus en plus inclure des instruments classiques dans ses arrangements. Dans la lignée des Beatles qui viennent de sortir le monument Sgt. Pepper, cette ballade intègre des cordes et s’appuie sur une mélodie qui ne sort plus de la tête après la première écoute.

Wet Wet Wet (1994)

Même si le morceau des Troggs avait connu un succès dans les années 60, c’est presque 30 ans plus tard que Love is all around va littéralement exploser les scores. Le boys band écossais Wet Wet Wet reprend la chanson pour la bande originale du film Quatre mariages et un enterrement en 1994. Le film fait un carton au box-office, et tout naturellement Love is all around devient un hit planétaire. Le morceau est ensuite inclus dans l’album Picture This publié en 1995.

Bill Nighy (2003)

Le cinéma britannique a décidemment un lien fort avec ce morceau. En 2003, Richard Curtis réalise Love actually, autre comédie romantique à succès, et toujours avec Hugh Grant, au sein d’une distribution foisonnante. Parmi les différents personnages, on retient l’inénarrable Billy Mack, interprété par le savoureux Bill Nighy. Chanteur sur le retour, il enregistre Christmas is all around, reprenant la même mélodie, mais en changeant juste le premier mot des paroles. Et le vers « come on and let it show », devient « come on and let it snow », à la fois jeu de mots et clin d’œil à un autre célèbre chant de noël.

Dès le générique début du film, on voit le chanteur en studio tentant vainement d’enregistrer la chanson sous le regard désespéré de son manager et de l’équipe technique. Lors d’une énième prise, il se trompe texte et chante « love » au lieu de « christmas ». La boucle est bouclée.

Les autres reprises

Preuve que la mélodie du morceau était faite pour perdurer, Love is all around a été reprise un grand nombre de fois par des artistes aussi divers que REM (1991), Kat Onoma (1995) et The Flying Pickets en version a capella (1998).

La chanson a également été adaptée dans d’autres langues, par exemple par Rob de Nijs en néerlandais (Geschreven in de wind en 1996), Katri Helena en finnois (Miksi et viereeni jää en 2006) ou Lotta Engberg en suédois (Du ger mej av din kärlek).

Enfin, de façon assez surprenante, ce qui peut de prime abord apparaitre comme une bluette romantique a été joué par Metallica !

Une chanson qui a traversé les décennies et les modes. Apparaissant dans deux films cultes du cinéma britannique, elle est devenue une petite référence pop au charme délicieux. Une madeleine à savourer sans modération.

© Jean-François Convert – Octobre 2021

Étiqueté , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux