Neil Young : “Tonight’s the night” a 45 ans

Le 20 juin 1975 sortait cet album très noir, enregistré près de 2 ans plus tôt.

Après le lumineux Harvest sorti en 1972, Neil Young traverse une période très noire : Son premier fils est atteint d’un handicap, son ami Danny Whitten, premier guitariste de son groupe Crazy Horse, et le roadie Bruce Berry (chargé de s’occuper des guitares de Stephen Stills au sein du quatuor CSNY) décèdent d’overdose, et le Loner devient dépendant à la cocaïne.

Cette phase de dépression lui inspire des albums très sombres :  Time Fades Away (1973), On the Beach (1974) et Tonight’s the Night (1975). Ce dernier, enregistré fin 1973, est jugé invendable par la maison de disques qui préfère sortir en 1974 On the beach, pourtant guère plus gai. Tonight’s the Night finit par paraître en juin 1975.

Les thèmes des chansons tournent essentiellement autour des drogues et de la mort, notamment le morceau-titre décliné en deux parties, en ouverture et clôture de l’album :

C’est Nils Lofgren qui tient la deuxième guitare, et parfois le piano, sur ce disque, en remplacement de Danny Whitten, et avant l’arrivée de Frank « Poncho » Sampedro qui prendra la suite sur l’album suivant Zuma. Lofgren a déjà joué avec Neil Young sur After the goldrush. Hormis une carrière solo, le guitariste d’origine suédoise et italienne est surtout connu pour avoir rejoint le E-Street Band de Springsteen en mai 1984 sur la tournée Born in the USA. Mais ça ne l’empêchera pas de rejouer régulièrement avec le Loner :

Pour rendre hommage à Danny Whitten, le songwriter canadien inclut une chanson jouée en live en 1970 et chantée par le guitariste de Crazy Horse : Come on Baby Let’s Go Downtown

Les autres morceaux sont souvent emplis de tristesse et mélancolie comme Borrowed Tune, Mellow My Mind, New Mama, et surtout le poignant et très beau Tired Eyes. Au milieu de ce marasme émerge la ballade Albuquerque :

Un album sombre qui termine la « période noire » de Neil Young. Le disque suivant, Zuma, renouera heureusement avec plus d’espoir, et marquera un nouveau départ pour Crazy Horse grâce à l’arrivée du nouveau guitariste Frank Sampedro.

Tonight’s the Night n’en reste pas moins un opus essentiel dans la carrière du Loner, et, au même titre que Rust never Sleeps, fait partie des références fondatrices du mouvement punk et du Rock alternatif. Un album sorti il y a tout juste 45 ans aujourd’hui.

Neil Young par © Denys Legros
Neil Young par © Denys Legros

© Jean-François Convert – Juin 2020

Étiqueté , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux