Lettre à Janis… finalement 50 ans, c’est quoi ?

4 octobre 1970, 4 octobre 2020… J’avais envie de t’écrire, en ce jour particulier.

Tu sais Janis, je me souviens parfaitement de la première fois que je t’ai entendue. J’étais à la fac, c’était en 1990. Il y a 30 ans… J’avais déjà 20 ans de retard sur ta musique, mais bon, on ne choisit pas à quelle génération on appartient. Aujourd’hui, cela fait exactement 50 ans que tu es partie chanter le blues de l’autre côté. Et moi, je vais bientôt avoir 50 ans dans quelques mois. Et en plus, aujourd’hui c’est ma fête !

© Denys Legros

Alors, avec un tel alignement des planètes, je me dis que dans un autre continuum espace-temps, j’aurais pu te rencontrer, et qui sait, jouer du blues avec toi… Peut-être bien que je serais tombé amoureux aussi. Comment ne pas être sous le charme d’une texane hippie croisée pendant le summer of love, et chantant le blues comme Bessie Smith, ton idole ? Tu aimais être entourée, tu vivais pleinement l’amour et l’amitié, tu donnais tout de ta personne sur scène… mais souvent tu te sentais seule

“En concert je fais l’amour avec des milliers de personnes…et après je rentre seule…chez moi”

Janis Joplin

Et quand je t’ai entendue cette première fois, c’est ce que j’ai ressenti : quelqu’un qui lâchait toutes ses tripes, qui offrait son cœur au monde entier, qui se donnait entièrement, qui faisait rimer musique et amour, concert et communion.

Ton premier disque que j’ai écouté est justement In concert. C’est sur scène que tu te réalisais pleinement. Et ce Summertime beau à pleurer, tellement remanié par rapport à l’original qu’on entend un nouveau morceau. La grâce et la détresse mélangées. Le désespoir et l’ivresse. La peine et la joie. L’amertume et la volonté. Cette note de fin en dit long sur ta ténacité à braver les aléas de la vie. J’y puise la force quand elle vient à me manquer.

Certaines publications YouTube présentent cette version en l’identifiant « Jimi Hendrix & Janis Joplin »… quelques petits malins pensant augmenter leur nombre de vues avec un titre accrocheur… mais non, il s’agit des guitaristes Sam Andrew et James Gurley, du fameux combo Big Brother and the Holding Company. Car malheureusement, il n’existe aucun enregistrement d’une de tes performances vocales accompagnées par le divin gaucher. Seulement des photos vous montrant backstage dans une ambiance visiblement détendue et amicale.

Jimi Hendrix et Janis Joplin, backstage au Winterland Ballroom, San Francisco, 1968

Un peu plus de deux semaines après lui, et toi aussi tu partais rejoindre ce maudit club des 27. Une dose de trop. Et ta carrière se stoppait net. Alors que tu aurais pu nous enchanter encore longtemps. Avec du blues écorché comme dans Kozmic Blues, Get it while you can ou Ball and chain, des ballades rock à la Bye Bye Baby ou Piece of my heart, ou carrément des tempos plus marqués genre Down on me, Flower in the Sun ou Move Over (qu’on reprenait avec un groupe en 1993). Et tu savais même sortir du blues-rock pour t’aventurer vers la soul sur Try (Just a Little Bit Harder), des reprises inattendues comme All Is Loneliness de Moondog, ou virer légèrement country sur Me And Bobby McGee

Mais on a du se contenter de ce parcours éclair. Court mais intense. Passionné. Entier. Voilà 50 ans que tu es partie, et ta musique est toujours là, vivante, pleine de rage et d’amour à la fois.

Finalement 50 ans qu’est-ce que c’est ? Peut-être la moitié de ma vie, peut-être un peu plus, peut-être beaucoup plus…. on ne sait pas. Qui sait, si ça trouve, lorsqu’on commémorera les 100 ans de ta mort, je serai à deux doigts de devenir centenaire… En attendant, vivons dans le présent comme tu savais si bien le partager. Et quand on se retrouve au carrefour des chemins, on revient toujours à ce qui nous anime, ce qui nous fait vibrer, ce qui nous émeut, nous bouleverse. Et je peux t’assurer, Janis, que ta musique en fait partie.

© Jean-François Convert – Octobre 2020

Étiqueté , , , ,

4 commentaires sur “Lettre à Janis… finalement 50 ans, c’est quoi ?

  1. Très belle lettre que j’aurais aimé écrire sur notre blog du Strapontin.

    1
  2. très émouvant ton texte !

    1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux