La France et Pink Floyd : une longue histoire d’amour

Le livre ‘Pink Floyd en France’ de Patrick Ducher sort le 30 novembre. Les précommandes sont ouvertes depuis le 30 juin.

© ECLIPSE – Lilly J. Editions

Un contenu imposant

Difficile de traiter d’un mastodonte comme Pink Floyd sans faire dans la redite. On ne compte plus le nombre d’ouvrages sortis sur le groupe qui a traversé l’histoire du rock depuis les sixties jusqu’à presqu’aujourd’hui. Le journaliste d’entreprise indépendant Patrick Ducher a trouvé un angle d’attaque inédit : la longue histoire d’amour entre Pink Floyd et la France, à travers la presse rock française, des témoignages de concerts (une centaine de 1968 à 2019), l’écoute et analyse de bootlegs, ainsi que la vague des tribute bands. Une somme de documents qui regroupe plus de 420 références.

Deux ans et demi de recherches pour arriver à une synthèse conséquente :

  • 420 pages
  • Couverture rigide
  • Plus de 420 entrées (magazines, livres)
  • Les témoignages de plus quatre-vingt-dix fans
  • Une cinquantaine de concerts chroniqués
  • 250 illustrations, et de nombreuses photos rares voire inédites

Pink Floyd et la France : des liens particuliers

Si un tel livre a pu voir le jour et suscité l’intérêt de plus de 90 personnes interviewées, c’est justement parce que le groupe a longuement entretenu avec l’Hexagone une relation particulière.

« Pink Floyd n’aurait peut-être pas survécu sans le public français. Nous avons beaucoup tourné en France et nous sommes passés dans de nombreuses émissions. C’était un peu notre deuxième pays. La France a adopté notre musique très rapidement, contrairement à l’Angleterre, où notre base de fans n’était pas toujours très fiable »

Nick Mason

Quant à la couverture qui peut prêter à sourire (car le public, même francophone, sait maintenant depuis longtemps que « flamant rose » se dit en anglais « pink flamingo » et non « pink floyd »), l’auteur du livre Patrick Ducher nous en explique le clin d’œil :

« Une rumeur urbaine avait couru dans les années 70 en France selon laquelle « Pink Floyd » signifiait « flamant rose ». Il n’en est rien puisque le nom – imaginé par le chanteur Syd Barrett – vient des prénoms de deux bluesmen américains : Pink Anderson et Floyd Council. Néanmoins, il a semblé amusant de conserver le clin d’œil, et de saluer l’inspiration pour le surréalisme et l’œuvre de Magritte du designer historique du groupe, Storm Thorgerson. »

Deux éditions différentes

Les précommandes sont ouvertes depuis le 30 juin, la publication est prévue pour le 30 novembre. Le livre est proposé en 2 versions : coffret collector et édition standard.

Le livre est proposé dès maintenant en précommande en édition standard (45 €) et en édition limitée (85 €) avec, pour cette dernière, un contenu exclusif :

  • 1 exemplaire du livre « Pink Floyd en France » numéroté et signé par l’auteur
  • 1 disque vinyle 45 tours avec 2 titres inédits du groupe hommage Best Of Floyd spécialement composés pour l’ouvrage
  • 2 ex-libris (uniquement disponibles avec cette édition limitée) basés sur des photos des membres de Pink Floyd dessinés, numérotés et signés par l’illustrateur Philippe Loirat
  • 4 dessous de verre au design spécifique
  • 2 médiators Pink Floyd en France
  • Le tout regroupé dans un luxueux coffret
  • OFFERT pour les 250 premières précommandes de l’édition standard ou de l’édition limitée : 1 ex-libris (différent de ceux déjà présents dans l’édition limitée) + 1 marque-page Pink Floyd en France.

L’auteur et l’éditrice

Patrick Ducher a découvert Pink Floyd avec l’album The Wall à sa sortie en 1979 (► Ma chronique de l’album). S’il n’a pas eu la chance d’écouter le groupe en « live », il a vu David Gilmour à la saline royale d’Arc-et-Senans le 23 juillet 2016 (► Ma chronique du concert à Pompéi, issu de la même tournée), Roger Waters le 9 mai 2018 à la Halle Tony Garnier de Lyon (► Ma chronique du concert où j’étais présent également) et Nick Mason au théâtre antique de Fourvière, également à Lyon, le 21 juillet 2019. Il est membre actif du groupe Facebook « Tu sais que tu es fan de Pink Floyd quand … ».
Journaliste d’entreprise indépendant, Patrick a aussi co-écrit Le Prisonnier, une énigme télévisuelle (éd. Yris) consacré à la célèbre série télé britannique des années soixante.

Libraire par vocation et éditrice par passion, Marlène Roussel – que son entourage appelle Lilly – a d’abord concentré sa carrière autour de la littérature jeunesse. Amatrice d’art sous toutes ses formes et à la recherche de diversification pour sa maison d’édition, elle entretient depuis plusieurs années le projet de publier des livres qui parlent de cinéma, de dessin, de peinture, de sculpture, de photographie… ou de musique. Pendant longtemps, son rythme de travail soutenu ainsi que l’absence de réelle opportunité ne permettent pas de concrétiser cette envie.
Pourtant, après avoir reçu – par l’intermédiaire d’un ami commun – le manuscrit de Pink Floyd en France de Patrick Ducher, c’est le déclic. Comme toujours pour Lilly, la prise de décision est très rapide et c’est ainsi qu’au crépuscule d’une année 2020 particulièrement mouvementée, elle décide de créer la collection Eclipse pour publier le manuscrit de Patrick.

On ne pouvait rêver nom d’éditeur plus adapté à un livre sur Pink Floyd. En tout cas, gageons qu’il ne sera pas « éclipsé », et qu’on contraire il prendra toute la lumière au sein des sorties d’ouvrages consacrés à la musique de cet automne.

Étiqueté , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux