Freddie Mercury a cessé de « jouer le jeu » il y a 30 ans

Le 24 novembre 1991, Farrokh Bulsara de son vrai nom partait rejoindre Galileo. 30 ans plus tard, sa musique, sa voix, son charisme, restent parmi les plus célèbres au monde. Comme quoi, le show a bien continué après lui.

© Denys Legros

Un showman extraordinaire, un charisme hors du commun, une présence scénique rarement égalée, une voix à faire pâlir tous ses concurrent-e-s…. Mais Freddie Mercury était aussi un compositeur de génie. Des mélodies inoubliables, des arrangements inventifs, une maitrise indubitable de l’harmonie. Et en plus d’être un chanteur phénoménal, il était un excellent pianiste.

Mais malgré tous ses talents, Freddie Mercury ne tirait pas la couverture à lui, et Queen est resté durant toute sa carrière un des groupes les plus démocratiques de l’histoire du rock. Chacun des quatre membres a pu s’exprimer musicalement et participé au succès du groupe. Un aspect que j’ai apprécié dans le film Bohemian Rhapsody qui bien que centré sur la vie de Mercury met bien en lumière cette implication de tous les musiciens de Queen.

Sélectionner ses meilleures chansons est impossible, tant les critères peuvent varier : complexité vocale, mélodique ou harmonique, puissance sur scène ou travail ciselé en studio, intensité émotionnelle ou virtuosité de l’interprétation…. on a tous nos morceaux préférés de Queen/Mercury. Pour ma part, selon l’humeur du moment, je retiens la voix haut perchée et grandiloquente des deux parties de In the lap of the god, l’harmonisation en canon avec lui-même sur la partie centrale de The prophet’s song, bien évidemment le chef-d’œuvre intemporel Bohemian Rhapsody, mais aussi le travail impressionnant des parties vocales sur Take my breath away, et surtout la mélancolie jazzy de My melancholy blues, sans doute le seul morceau de Queen sans guitare ou apparenté.

Il y a 30 ans aujourd’hui, il nous en a fichu une sacrée mélancolie le Freddie. Mais il le chantait lui-même : « The show must go on ». Alors pour éviter de choper le bourdon, on va réécouter sa musique, encore et encore.

© Jean-François Convert – Novembre 2021

Étiqueté , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux