Un nouveau livre sur Robert Johnson le 8 octobre

“Et le diable a surgi – La vraie vie de Robert Johnson” paraîtra chez Castor Music.

Plus de 80 ans après sa mort, Robert Johnson continue d’alimenter les passions, dans le milieu du blues et de la musique en général, voire de la littérature. Il y a peu, une 3ème photo inédite du légendaire bluesman voyait le jour, en annonce d’une parution d’entretiens avec sa sœur. Et l’auteur Serge De Bono en avait proposé une relecture fantasmagorique, liée au destin de Jimi Hendrix dans son roman “Crossroads, dans l’ombre de Jimi Hendrix” (AO Editions – 2018).

Cette fois c’est une nouvelle biographie qui sort chez Castor Music le 8 octobre :

“Et le diable a surgi – La vraie vie de Robert Johnson”

338 pages, 24 €, 95 photographies, documents et témoignages pour la plupart inédits.
Traduction par Bruno Blum et couverture par Mezzo (auteur avec Jean-Michel Dupont de la BD sur Johnson “Love in Vain”)

Paru il y a un an aux Etats-Unis, cet ouvrage a récolté une pluie de louanges et vient tout juste de remporter la 6ème édition du prestigieux Penderyn Music Book Prize 2020 (récompense britannique des meilleurs livres sur la musique).

« Cette biographie explore la vérité qui se cache derrière le musicien et cherche à dissiper la légende populaire selon laquelle il aurait vendu son âme au diable en échange de son talent. »

Les auteurs Bruce Conforth & Gayle Dean Wardlow sont des sommités. Le premier, ancien professeur de folklore, de blues, de culture populaire et d’histoire américaine à l’Université du Michigan, est le fondateur du musée Rock and Roll Hall of Fame. Le second est un historien du blues. C’est lui qui a découvert en 1967 le certificat de décès de Robert Johnson ! Ils travaillent chacun sur le sujet depuis 50 ans et ont interviewé les proches de Johnson avant leur disparition, analysé les archives et l’ensemble des documents qui lui ont été consacrés. Ainsi, ils reviennent sur ses sessions d’enregistrement et les moments clés de sa vie : son éducation, son mariage et la perte de sa femme et de son enfant, son séjour à Memphis, sa rencontre avec son professeur de guitare ou encore les circonstances exactes de son décès prématuré à 27 ans. 

« Robert Johnson était l’un des génies les plus inventifs de tous les temps. Mais il n’a probablement, quasiment pas eu de public. Il était tellement en avance sur son temps qu’on ne l’a toujours pas rattrapé. Son statut ne pourrait pas être plus élevé qu’il l’est aujourd’hui. Pourtant, à son époque, ses chansons ont dû semer la confusion dans l’esprit des gens. Cela vous montre que les grands hommes suivent leur propre voie. »

Bob Dylan, interview au New York Times (12 juin 2020)

Infos via Yazid Manou

Étiqueté , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.