Thelonious Monk : l’album inédit “Palo Alto” disponible le 18 Septembre

L’enregistrement de ce concert mythique au lycée Palo Alto en 1968 sort enfin de façon officielle.

Un moment historique

Après l’assassinat de Martin Luther King en 1968, les tension raciales grandissent sensiblement dans le pays. Dany Scher, à l’époque lycéen au Palo Alto High School, décide d’organiser un concert dans le but de créer un cohésion raciale et collecter des fonds pour le Comité International de son école. Son rêve est d’y faire jouer Monk qu’il réussit à convaincre. Après de nombreux rebondissements, le concert a finalement lieu le dimanche 27 octobre 1968, et est enregistré par le concierge du lycée.

Palo Alto est l’enregistrement légendaire et inédit de ce concert historique. Il est édité sur le célèbre label de jazz Impulse! Records, signant ainsi les débuts posthumes de Thelonious Monk sur le premier label de John Coltrane.

Le groupe se compose de Thelonious Monk au piano, Charlie Rouse au saxophone ténor, Larry Gales à la basse, et Ben Riley à la batterie.

Palo Alto – Thelonious Monk

  • Ruby, My Dear
  • Well, You Needn’t
  • Don’t Blame Me
  • Blue Monk
  • Epistrophy
  • I Love You Sweetheart of All My Dreams

Une édition supervisée par son fils

L’enregistrement d’une qualité impressionnante a été réalisé par le concierge du lycée de Palo Alto, et la cassette a passé de nombreuses années reléguée au grenier de la famille Scher. Après avoir contacté T.S Monk, le choix s’est porté sur le légendaire label Impulse! Records, première maison de disques de John Coltrane, connue sous le nom de « the house that Trane built » (la maison construite par Trane). La relation entre Thelonious Monk et John Coltrane est des plus connues, il est donc particulièrement approprié que près de quarante ans après sa mort, Monk fasse enfin ses débuts chez Impulse! avec Palo Alto.

Palo Alto est le premier des nombreux albums prévus par Impulse! Records ces cinq prochaines années, en collaboration avec la société Rhythm-A-Ning Entertainment du Monk Estate, dirigée par T.S. Monk.

« Ce concert est l’un des meilleurs enregistrements live de Thelonious que je n’ai jamais entendus »

T.S. Monk, fils du pianiste/compositeur

« Je n’avais aucune idée que mon père avait donné un concert dans un lycée, mais c’est bien lui et son groupe. Quand j’ai écouté la cassette, j’ai su dès les premières mesures que mon père était vraiment en pleine forme ».

T.S. Monk, fils du pianiste/compositeur

On retrouve dans cet éclatant album de 47 minutes la formation habituelle de Monk (Charlie Rouse au saxophone ténor, Larry Gales à la contrebasse, et Ben Riley à la batterie) et le répertoire habituel de ses tournées, choisi parmi ses meilleures compositions.

Monk à son apogée

En 1968, Thelonious Monk est à de nombreux égards au summum de sa carrière – son quartet est au top musicalement, et lui-même connaît toujours une énorme popularité depuis qu’il a fait la couverture de TIME Magazine deux ans plus tôt. Cependant, côté pile, la situation financière est loin d’être reluisante et sa santé ne va guère mieux. Quand, en plein milieu de ses trois semaines de concerts au Jazz Workshop de San Francisco, il reçoit ce coup de téléphone d’un ado inconnu, il sait être à l’écoute. C’est peut-être le côté débrouillard du jeune organisateur qui le touche.  

© Lee Tanner

C’est ainsi que le 27 octobre 1968, Thelonious Monk et son quartet – Charlie Rouse (sax ténor), Larry Gales (contrebasse) et Ben Riley (batterie) – descendent du monospace de la famille Scher, longent sous la pluie un parking rempli de résidents surpris de Palo Alto et East Palo, pour s’engouffrer dans l’auditorium du lycée de Palo Alto et y donner un concert de 47 minutes.

Ecoutez le single “Epistrophy”

Au programme, on retrouve Ruby, My Dear, un sublime chant d’amour signé Monk où le souffle puissant de Rouse accompagné des sonorités inimitables de Monk laisse place à un solo époustouflant du pianiste ; la dynamique et fougueuse cavalcade de Well, You Needn’t, ponctuée de solos de chaque musicien; un solo captivant de Monk sur le morceau Don’t Blame Me de Jimmy McHugh :

On y trouve également la farandole endiablée de Blue Monk, et la charge enjouée d’Epistrophy :

Thelonious Monk – Epistrophy – from Palo Alto 1968/2020 © Impulse! Records / Universal

Le concert se termine sur un rappel, dans lequel Monk reprend lentement une version écourtée du très populaire morceau de Rudy Vallee de 1925, I Love You Sweetheart of All My Dreams, avant une standing ovation au moment des adieux qu’ils ne peuvent reporter sous peine de manquer leur concert de San Francisco le soir même.

Un concert organisé par un lycéen

Les Etats-Unis connaissent en 1968 une année des plus turbulentes, marquée par les terribles assassinats de Martin Luther King, Jr. et de Robert F. Kennedy, de troublantes révélations sur la guerre du Vietnam, ainsi que les manifestations et les troubles qui ravagent le pays. Palo Alto et la ville voisine principalement afro-américaine d’East Palo Alto ne font pas exception. Tel est l’univers du lycéen Danny Scher, jeune idéaliste passionné de jazz, doué d’un sens certain de l’organisation (il deviendra d’ailleurs un organisateur de concerts renommé, et collaborera avec le légendaire organisateur de concerts rock de San Francisco Bill Graham.)  

© Veryl Oakland

« J’ai toujours considéré la musique comme un moyen d’oublier un moment les problèmes ou de les relativiser, qu’elles soient d’ordre politique ou social. Le 27 octobre 1968, il y a eu une trêve entre Palo Alto et East Palo Alto. C’est cela le pouvoir de la musique. »

Danny Scher

L’album est disponible en précommande : https://impulse.lnk.to/MTEMB

infos via Pascal Bod / Pauline Gluzman / Universal

Étiqueté , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux