Soirée scène ouverte au Melville à Lyon

C’est ma semaine de découverte des nouveaux lieux de jams à Lyon ! Après le King Arthur lundi et avant Le Pika jeudi, hier c’était au Melville avec Faik.

Encore un nouvel endroit où jouer à Lyon découvert hier soir : Le Melville dans le quartier de Saint-Georges à Lyon (5ème arrondissement, vieille ville). Comme pour les autres lieux, une ambiance conviviale et bienveillante. L’espace concert est situé à l’étage, pour une configuration légère avec deux micros-chant et possibilité de brancher deux guitares, auxquelles on peut ajouter un cajon pour les percussions.

La soirée était animée par FAIK, chanteur-guitariste que j’avais déjà croisé au Sirius. Eminemment sympathique et au contact humain spontané, il a d’abord interprété seul quelques reprises (entre autres Lemon Tree de Fool’s Garden, What’s up des 4 Non Blondes, I want to break free de Queen…) avant d’inviter dans l’assistance celles ou ceux qui souhaitaient venir chanter ou simplement jouer.

Je me suis proposé pour l’accompagner à la seconde guitare avec ma National. Un micro positionné devant le résonateur et on a tenté quelques reprises parmi lesquelles Don’t look back in anger d’Oasis et Johnny B Goode de Chuck Berry. Puis j’ai accompagné un autre chanteur sur entre autres Je dis aime de -M-, (Sittin’ on) The dock of the bay d’Otis Redding et des titres de Saez et Daran et les chaises. Maxime Pambrun est venu nous rejoindre et je l’ai accompagné sur Ring of fire de Johnny Cash et Blitzkrieg Bop des Ramones. Merci à lui pour ses précisions sur l’origine de Hey Joe : Billy Roberts l’aurait « emprunté » à sa compagne de l’époque (► plus d’infos sur Wikipedia)

Puis quelques notes égrenées sur Under the bridge des Red Hot Chili Peppers, interprété par un musicien croisé également plusieurs fois au Sirius, et Le sud de Nino Ferrer, avec au micro Faik et une chanteuse qui nous a aussi donné le plaisir de danser sur d’autres morceaux, notamment The man who sold the world de David Bowie, mais dans une version proche de celle de Nirvana.

Mais surtout, mention spéciale aux très belles performances des deux chanteurs-guitaristes solo dont je n’ai pas non plus retenu les prénoms qu’ils m’en excusent.

Une soirée très sympa de plus, ça va être de plus en plus difficile de choisir entre les différentes scènes ouvertes lyonnaises !

© Jean-François Convert – Mai 2022

Étiqueté , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux