Quand les morceaux sur un disque semblent s’enchainer naturellement

On connait tous des albums où les morceaux ont été conçus pour s’enchaîner. C’est le cas notamment des “concept-albums”. Mais il arrive que 2 chansons semblent être comme jouées à la suite, alors que ce n’est pas du tout intentionnel, et purement le fruit du hasard au moment d’établir la tracklist ou lors du mastering. Exemples.

Pour que l’illusion fonctionne, il faut souvent plusieurs facteurs :

  1. Le tempo doit être parfait. Ça se joue au 1/4 de seconde
  2. Le style, le rythme, l’ambiance des morceaux influe bien sûr
  3. La tonalité des morceaux peut aussi avoir un effet

1. Queen : The Night Comes Down et Modern Times Rock ‘n’ Roll sur l’album Queen (1973)

Encore récemment, j’ai été frappé par l’enchaînement de ces deux titres. Le tempo est parfait. On a l’impression qu’ils sont joués dans la continuité, et on pourrait croire qu’ils ont été pensés pour s’enchaîner. Sans doute un hasard au moment de l’edit de la tracklist. Enchaînement vers 4:20

2. AC/DC : Highway to hell et Girls got de Rhythm sur l’album Highway to hell (1979)

Là aussi on dirait qu’à peine le dernier son de caisse claire asséné par Rudd à la fin du morceau titre, ils repartent tous ensemble de concert pour enchaîner la 2ème chanson. On les imagine presque en studio en train de jouer l’album d’une traite ! Enchaînement vers 3:27

3. The Police : Driven to tears et When the World Is Running Down…. sur l’album Zenyatta Mondatta (1980)

La caisse claire qui introduit le 2ème titre semble être joué immédiatement après l’accord final du précédent.
D’ailleurs quand on jouait en répétition Driven to tears (quand on était jeunes…) mon ami batteur ne pouvait s’empêcher d’embrayer sur le morceau suivant tellement c’était naturel dans le tempo et le feeling… Enchaînement vers 3:19

4. Santana Black Magic Woman / Gypsy Queen et Oye Como Va sur l’album Abraxas (1970)

Pas de temps mort entre le larsen de fin de Gypsy Queen et l’accord de début à l’orgue sur Oye como va. On jurerait que le groupe joue les morceaux l’un à la suite de l’autre. Enchaînement vers 5:18

5. Led Zeppelin : Heartbreaker et Living loving maid sur l’album Led Zeppelin II (1969)

Même tonalité, même énergie. Une fois qu’il est parti, le rouleau compresseur Led Zep ne s’arrête plus !

6. Toto : Afraid of Love et Lovers in the Night sur l’album Toto IV (1982)

L’enchaînement semble-t-il n’était pas prévu puisque le premier morceau se termine par un fondu. Mais le suivant attaque aussitôt, sans pause. Enchaînement vers 3:50

7. Led Zeppelin : Black mountain side et Communication breakdown sur l’album Led Zeppelin (1969)

Un fin abrupte à la guitare sèche, et le riff à la guitare électrique qui embraye dans la foulée. Enchaînement vers 29:09

Sur ce même album, je ne compte pas You shook me / Dazed and confused et I can’t quit you baby / How many more times qui semblent intentionnels et donc pensés tels quels au départ.

Il en existe sûrement d’autres…à vous de les découvrir !

© Jean-François Convert – Septembre 2018

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux