Alyssa Bourjlate mixe folk et rock sur son nouvel album

‘I’ve lost myself on the way’, le troisième album solo d’Alyssa Bourjlate est sorti le 30 septembre. Un cocktail parfaitement dosé de folk et de rock.

Tour à tour comédienne, mannequin, songwritter et chanteuse, Alyssa Bourjlate est une artiste au parcours atypique. Elle s’est d’abord fait connaître de la scène rock parisienne par une série de concerts avec divers artistes, de Patrick Eudeline à Pete Doherty, et en réalisant un album avec Delaney Blue (ancien guitariste et auteur compositeur de Daniel Darc) : Mariage noir.

Dans ce nouvel opus I’ve lost myself on the way sorti le 30 septembre, elle dévoile des compositions très personnelles entre folk-rock intimiste, blues et country. L’ouverture High and Dry laisse présager une ambiance plutôt rock, avec tout de même un peu de Pedal Steel. Le clip qui accompagne le single a été tourné pour sensibiliser les gens aux méfaits des toxiques :

Puis, les morceaux suivants semblent adoucir l’atmosphère avec des couleurs plus acoustiques, notamment des guitares Dobro, du banjo ou de la mandoline (Cry To Me, Losing My Mind, A Blues Girl, Outlaw, King Of Sadness…). L’album se clôt d’ailleurs sur une ballade dépouillée presqu’exclusivement en guitare-voix, avec juste quelques touches de basse et de Pedal Steel : Never Be Yours.

Mais au sein de ces tonalités plutôt americana, une reprise de Losing my religion de REM ravive le côté rock. Etonnamment, c’est sur une chanson à l’origine plutôt folk (la mandoline de Peter Buck) qu’Alyssa Bourjlate choisit d’insuffler plus d’électricité :

Le morceau de REM n’est pas la seule reprise présente sur l’album. On trouve aussi une très belle interprétation de Cry ot me de Salomon Burke. Outre ces deux titres et Thirty Little Devils dont le texte est signé Delaney Blue, toutes les autres chansons ont été écrites et composées par Alyssa Bourjlate, véritable autrice-compositrice-interprète à part entière. À noter que la version numérique comporte trois chansons absentes sur la version physique : High & dry, Cry to me et Thirty little devils.

Un album qui nous fait voyager de l’autre côté de l’atlantique, à l’instar du bien nommé Road trip, mais tout en gardant quelques teintes européennes et plus particulièrement anglaises (High & dry et Losing my religion). Si vous voulez naviguer entre folk et rock, entre blues et country, allez voir et écouter Alyssa Bourjlate. Retrouvez son actualité et ses dates de concerts sur les réseaux sociaux :

© Jean-François Convert – Novembre 2022

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux