Roger Waters revisite “Vera / Bring the boys back home”

L’ex-leader de Pink Floyd a publié une nouvelle version des 2 chansons de The Wall.

Après Mother, et Two suns in the sunset, Roger Waters continue de revisiter les morceaux de Pink Floyd en mode confinement, avec ses musiciens enregistrant chacun chez eux.

Hier, il a publié une version des deux chansons enchaînées Vera / Bring the boys back home figurant sur The Wall (► chronique de l’album)

Le deuxième morceau est particulièrement réarrangé et diffère totalement de la version originale.

Waters en profite au passage pour placer son message politique comme il les affectionne : « Ramener les gars à la maison » insiste-t-il, en faisant allusion aux nombreux conflits actuels dans le monde. Il précise en commentaire de sa vidéo :

« Mon père n’est jamais rentré à la maison, mais au moins en 1944, il se battait vraiment pour défendre son pays. Pas comme maintenant. Maintenant, les garçons se battent et meurent dans les guerres coloniales pour que de riches connards puissent s’enrichir. Si ça ne tenait qu’à moi, je les ramènerais tous à la maison dès demain. »

Roger Waters

Quant à la première partie Vera, il rappelle qu’il s’agit de Vera Lynn, chanteuse anglaise décédée récemment :

Vera Lynn en 1962 © Eric Koch / Anefo — Nationaal Archief / Wikimedia Commons

« La Vera en question est Vera Lynn. Elle était une chanteuse, compositrice anglaise, très populaire pendant la Seconde Guerre mondiale. Son plus gros succès a été « We’ll meet again”. Elle était largement connue sous le nom de « Chérie des Troupes ». Notre Vera, dont on se souvient très affectueusement à Blighty, est décédée il y a six semaines à l’âge de 103 ans. Elle a bien vécu. Qu’elle soit bénie »

Roger Waters

Un Roger Waters toujours alerte à bientôt 77 ans (le 6 septembre), qui reste actif et vindicatif, et qui continue de proposer régulièrement de la musique à son public, malgré l’annulation des tournées.

Étiqueté , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux