Les Wampas : “Sauvre le monde” – sortie le 18 octobre

Oui vous avez bien lu, le dernier album des Wampas s’intitule Sauvre le monde. Ne cherchez pas à corriger, c’est ainsi qu’ils ont souhaité le sortir. Explications.

L’album devait s’appeler Sauver le monde, mais l’ingénieur du son américain, Jim Diamond, a fait une erreur en écrivant le titre. Du coup on l’a gardé comme ça

Didier Wampas

Voilà pour l’anecdote. Au passage, Jim Diamond a enregistré et co-produit les 2 premiers albums des White Stripes. Autant dire qu’en sonorités typées garage, il s’y connait. A la réalisation/production, on retrouve Lionel des Limiñanas. Un beau duo qui a donné un écrin au son massif pour les textes toujours décalés de Didier Wampas.

Le leader du groupe nous explique comment a été enregistré l’album :

C’est la première fois qu’on collabore aussi étroitement avec quelqu’un sur un disque. Pendant les mois précédant l’enregistrement, je me suis rendu plusieurs fois chez lui pour enregistrer des guitares/voix sur lesquelles il ajoutait des arrangements. En parallèle, on faisait des maquettes avec les Wampas, comme on le fait d’habitude, et une fois arrivés en studio, on a mélangé les deux versions de chaque titre.

Et chaque morceau comporte son lot de bons mots, de portraits d’anonymes, de fulgurances surréalistes, ou d’humour potache. Mais finalement, celui qui parle le mieux de ses textes, c’est bien son auteur, même s’il s’en défend (« je n’aime pas trop expliquer mes chansons » ) :

1 – Tu dévisses

Au départ c’était un instrumental avec juste la partie sifflée, mais j’y ai rajouté une partie parlée avec le texte d’un morceau qui n’a pas été utilisé sur l’album.

2 – Sauver le monde

Le morceau qui donne le titre à l’album. C’est bien la moindre des choses d’essayer de sauver le monde, il en a bien besoin, alors pourquoi pas avec cette chanson ?

3 – les chinois vont sur la lune

…et moi j’ai des problèmes de thunes. Une chanson qui parle entre autres de conquête spatiale, d’écologie et de TF1

4 – Le dernier cormoran

Chanson inspirée par mes sorties en kayak sur le brise-lames à Sète

5 – Roy

Un hommage à Roy (c’était son surnom de cibiste), un collègue de la RATP décédé récemment. J’ai hésité à mettre cette chanson sur l’album de peur que certains interprètent mal les paroles, mais je pense pas qu’il y ait la moindre ambiguïté.

6 – Léonie

« Quand l’Agneau ouvrit le septième sceau, il y eut dans le ciel un silence d’environ une demi-heure » Apocalypse 8:1

Je voulais faire un silence d’une demi-heure au milieu du morceau mais techniquement c’était compliqué.

7 – Jenny

Un slow DooWoop comme j’en écris plein. Généralement ils restent à l’état de maquette mais pour une fois, notamment grâce à la prod de Lionel (et aux cœurs de Marie), il a trouvé sa place sur l’album

8 – C’est politique

Qu’est-ce qui ne l’est pas ?

9 – Comme une vomissure triangulaire

L’intro de guitare la plus mal jouée de l’histoire du Rock n Roll ! Merci à Lionel et à Jim de ne pas l’avoir recalée avec ProTool comme 99,99% des producteurs l’auraient fait.

10 – The secret life of Sacha Distel

On avait déjà enregistré ce texte avec une autre musique il y a une vingtaine d’années. Cette chanson m’a été inspirée par l’autobiographie de Vince Taylor où il raconte qu’il a écrit le scénario d’un film sur la vie de Sacha Distel.

11 – I feel alright

Inspirée par un poème de Victor Hugo !

12 – Pernety

Un peu de nostalgie, ce n’est pas souvent…

13 – L’Autoroute des gros porcs

Un délire avec Jean-Mi et mes enfants quand on était en studio avec Sugar & Tiger

14 – La NASA nous ment

Une fake news au milieu des fake news

 

 

 

Et le chanteur de conclure :

Voilà on s’est bien éclatés à enregistrer cet album et on a hâte de le jouer sur scène

Rendez-vous est pris. Toutes les dates sont sur le site web ou la page Facebook. Il est encore temps de “sauvre” vos places !

Étiqueté ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux