Il y a 40 ans, Montand se produisait à l’Olympia

En octobre 1981, à 60 ans, Yves Montand remonte sur la scène de l’Olympia après plus de 10 ans d’absence de la chanson.

© Denys Legros

Un retour à la chanson

Octobre 1981. Yves Montand va avoir 60 ans le 13 octobre. Fort d’une carrière phénoménale en tant que chanteur puis acteur, il n’a plus rien à prouver. Il a quitté la scène musicale depuis 1968, dernière date où il s’est produit à l’Olympia et où il a sorti son disque à succès et devenu incontournable, La Bicyclette. Les années 70 sont entièrement consacrées au cinéma, c’est la première décennie où il ne sort pas d’album ni ne se produit en concert. La seule exception est l’émission télévisée réalisée par Jean-Christophe Averty en 1973 : Montand de mon temps (diffusée en 1974).

A l’inverse, les 10 dernières années de son existence seront beaucoup moins denses en films, et Montand se mettra à réenregistrer et envisagera même en 1991 de reprendre un tour de chant. La vie en décidera autrement avec son décès le 9 novembre. Les années 80 lui donneront également l’occasion de s’immiscer sur la scène politique, pas toujours avec de très bonnes idées….

En 1980 il retrouve Jean-Christophe Averty pour une nouvelle émission : Montand d’hier et aujourd’hui, qui est aussi le titre de l’album qui sort la même année. Il annonce à cette occasion son souhait de remonter sur scène…

Plus qu’un concert, une tournée

Du 7 octobre 81 à janvier 82, Montand remplit L’Olympia chaque soir. Un mois avant la première, 180 000 spectateurs avaient pris d’assaut toutes les places disponibles pour toute la durée des représentations ! Le succès incite le chanteur à partir en tournée dans toute la France au premier semestre 1982. Il revient à l’Olympia en juillet-août 82, à nouveau à guichet fermé.

© Keystone Press / Alamy 

En septembre il se produit au Metropolitan Opéra de New York. Pendant une semaine, les 4500 places de l’orchestre au cinquième balcon restent bourrées à craquer. Au marché noir, le fauteuil atteint 120 dollars. Puis à l’automne, il part en tournée au Japon. Le réalisateur Guy Job le suit pour son documentaire Montand international, diffusé à la télévision au printemps 83.

Le titre YouTube est bien sûr faux, la date de 1987 correspond à une rediffusion

Un concert unique

Les concerts d’octobre sont enregistrés et filmés. En 1982 sort le double album Olympia 81, a priori enregistré le 10 octobre, mais l’information de la date exacte est difficile à trouver avec certitude. A noter que les vidéos sur YouTube ne correspondent pas toutes exactement aux mêmes versions que sur l’album, preuve que plusieurs dates ont été enregistrées et filmées.

Quoi qu’il en soit, Le disque sort en 1982 et restera pendant longtemps une rareté car non réédité en CD. Il y aura d’abord une première version Extraits, par définition incomplète. Puis le concert ressortira en intégralité dans le coffret Inédits, rares & indispensables paru en 2001 pour les 10 de la disparition de l’artiste. Enfin, l’album sera réédité indépendamment en double CD en 2004, et même en DVD.

Pour ma part, je découvre ce concert par le biais d’une double cassette appartenant à ma mère. Je vais l’écouter littéralement en boucle pendant des années. Mon premier choc Montand. Pourquoi me suis-je rué sur cette(ces) cassette(s) ? Quelque temps auparavant, j’avais entendu par hasard La chansonnette, sur un disque compilation offert pour l’anniversaire de notre mère sur une idée de mon frère ainé. J’ai eu envie d’en écouter plus de ce chanteur, et ce concert fleuve m’a immédiatement conquis.

Dans la foulée, je ne raterai aucune diffusion à la télé d’un film de Montand, et je demanderai même à mon anniversaire l’année suivante un disque du chanteur. Ce sera une double-compilation de ses débuts. Je passerai pour un extra-terrestre au collège, mais peu importe, Yves Montand restera à jamais mon premier vrai coup de cœur musical.

Montand au sommet de sa carrière

NB : Les vidéos dans ce paragraphe sont exactement les mêmes versions que sur le disque, donc du 10 octobre 1981. Ce qui n’est pas le cas de toutes les chansons filmées et estampillées ‘Olympia 81’, tout simplement car le film du spectacle est en fait une compilation de plusieurs représentations de l’automne 81.

Mon analyse n’est bien évidemment pas objective puisque c’est par ce concert que j’ai découvert l’artiste, et que j’ai écouté ces cassettes d’innombrables fois, au point d’en connaitre chaque seconde par cœur. La moindre hésitation, le moindre applaudissement ou rire dans la salle, la moindre note de piano ou de guitare entre telle ou telle phrase….

Malgré tout, je pense qu’il n’est pas exagéré de dire qu’Yves Montand est au sommet de son art lors de ces concerts de l’automne 1981. La voix est posée mais sait s’emporter quand il le faut. le geste est précis et ample à la fois. Malgré la soixantaine, le regard reste vif et malicieux, et le chanteur-acteur sait aussi se faire charmeur.

A l’époque, lui-même ne savait pas que ce serait son dernier tour de chant, et que cet Olympia 81 constituerait son dernier disque en public. A l’exception du documentaire Montand international de Guy Job (qui n’existe qu’en version télévisée), il n’y a pas de témoignage ultérieur de Montand en cocnert. Et même si sortiront en 82 Montand chante McNeil et en 83 Montand in english, ou en 88 les chansons du film 3 places pour le 26, et l’ultime enregistrement Le Kabaret de la dernière chance en 89, on peut légitimement considérer ce double-album Olympia 81 comme le testament musical d’un géant de la chanson française.

Et c’est justement par ce disque (ou plutôt ces cassettes) que j’ai découvert Montand au début de mon adolescence. Une prestation inoubliable. Un show parfait. Un concert-fleuve enregistré il y a tout juste 40 ans aujourd’hui.

© Jean-François Convert – Octobre 2021

© Denys Legros
Étiqueté , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux