Hugo BarrioL et Mike Noegraf ont fait vibrer le Transordeur à Lyon

Deux artistes (et même trois) pour un concert entre folk intimiste et énergie pop-rock, vendredi au Transbordeur, à Lyon.

J’ai découvert Hugo Barriol et Mike Noegraf récemment. Le premier par son EP Hey love, et le second par son troisième album Outrospection, tous deux sortis en fin d’année dernière (novembre et décembre). Dans des registres différents, mais pas si éloignés que ça, les deux songwriters avaient interpelé mon oreille. Aussi, l’occasion était trop belle d’aller les voir un même soir au Transbordeur, à Lyon.

1ère partie : Mike Noegraf seul en scène

T-shirt Ramones et tous tatouages dehors, Mike Noegraf afficherait presque le profil du rockeur rentre-dedans. Mais c’est au contraire une voix chargée d’émotion et accompagnée par un fingerpicking subtil qui prend place sur la scène. Pas toujours facile d’occuper l’espace sonore quand on est seul. Mais la guitare remplit à la fois les fonctions rythmique et harmonique, tandis que le chant peut exprimer des sentiments forts sur des histoires ou ressentis souvent personnels.

Un texte témoigne d’une proche du chanteur atteinte d’anorexie, ou un autre est inspiré d’un article sur une personne en hôpital psychiatrique. Des fêlures humaines que Mike Noegraf conte avec conviction, tout en détendant l’atmosphère au détour d’une imitation d’accent redneck texan.

La complicité avec le public se fait encore plus grande lorsque que le chanteur ardéchois descend littéralement au milieu de la fosse pour son dernier morceau. Une façon de terminer son set en toute simplicité et dans une proximité très appréciée du public.

© Jean-François Convert

Suivez l’actualité de Mike Noegraf sur son site et les réseaux sociaux :

2ème partie : Hugo Barriol entre douceur et puissance

Lui aussi viendra jouer une chanson au sein du public. Mais pour démarrer son show, le stéphanois Hugo Barriol mise sur Million years, morceau énergique et enlevé. Et la setlist va alterner moments de grâce acoustique, comme cette reprise de Billie Ellish, ou Forgiveness, avec des passages quasiment rock comme par exemple sur le final de On The Road.

© Jean-François Convert

Le chanteur est accompagné par un guitariste au jeu subtil et aux sonorités très travaillées, notamment à la pédale de volume. Mais aussi par un batteur inventif qui ne joue jamais de rythme « classique », et enfin un bassiste venu rejoindre le groupe au pied levé pour remplacé le musicien habituel. Une seule répétition et on jurerait qu’ils jouent tous ensemble depuis des années. Et la voix d’Hugo se fait aussi bien grave qu’éthérée avec des envolées qui donnent le frisson.

Duo avec Joe Bel

Un concert à Lyon, et c’est l’occasion d’un duo avec Joe Bel, originaire de Grenoble. La chanteuse vient interpréter la réadaptation en français de Hey love, ainsi que son très beau morceau In the morning. Picking délicat à la guitare, duo de voix magnifique, et accompagnement du groupe tout en nuances et discrétion pour laisse briller Hugo et Joe. Un des plus beaux moments du concert.

Joe Bel est une artiste au CV déjà bien rempli et diverses collaborations à son actif. Hugo aimerait beaucoup envisager une tournée avec elle, espérons que ce projet verra le jour.

Suivez l’actualité de Joe Bel sur son site et les réseaux sociaux :

Echange et rencontre

Hugo Barriol va littéralement à la rencontre de son public, que ce soit au milieu du concert en descendant dans la fosse et en demandant aux gens de chanter les chœurs, ou après le spectacle en dédicant ses albums . Il y apprend qu’une fan l’a découvert par le biais d’un chanteur irlandais ! Quand des artistes étrangers vous conseillent auprès de leur public, il n’y a pas de secret, c’est que votre musique est bien plus que digne d’intérêt.

J’ai eu le plaisir d’échanger avec lui avant le concert. Rencontre éminemment sympathique, quoi de plus normal pour deux stéphanois. Cet autodidacte nous a confié être en train de tenter de nouvelles approches pour composer, notamment à travers des logiciels de MAO, tout en souhaitant en même temps revenir régulièrement à la formule guitare-voix. Et c’est justement cette dualité de styles qui fait toute la saveur de la musique d’Hugo Barriol.

Après le final intense de On The Road, le quatuor revient pour deux rappels : Stay et Our Kingdom. Deux titres qui synthétisent bien les différentes atmosphères ressenties ce soir : la douceur folk épurée en mode guitare-voix, et la puissance du groupe sur les titres à la fois énergiques et planants.

Setlist

Une setlist très bien équilibrée entre l’album Yellow, et l’EP Hey love :

  • Million years
  • Waiting
  • MB
  • Don’t let me down
  • Billie Cover
  • Forgiveness
  • Young
  • Black and white
  • Always
  • Hey love (avec Joe bel)
  • In the morning (Joe bel)
  • Oh my
  • On the road

Rappel :

  • Stay
  • Our kingdom

Un concert très riche émotionnellement, et notamment pour un petit garçon qui a vu et surtout entendu le public du Transbordeur lui souhaiter son anniversaire ! De très beaux moments musicaux et humains, rien ne remplace de vivre la musique ‘in the real life’.

Suivez l’actualité d’Hugo Barriol sur son site et les réseaux sociaux :

© Jean-François Convert – Octobre 2021

Étiqueté , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux