Hugo Barriol joue une folk-pop apaisante sur son EP “Hey love”

Sortis le 6 novembre, ces 4 titres offrent une musique planante pour aborder la nouvelle année en douceur.

Un EP en indépendant

Le morceau-titre Hey love est une ballade romantique qui apporte instantanément la sérénité. Le clip vidéo original transpire l’amour avec les images d’un couple en pleine insouciance et harmonie. Le refrain entêtant capte durablement l’oreille, la voix est posée et douce, et les arrangements à la fois feutrés et avec beaucoup d’espace. L’immensité de l’océan est bien là, et on entendrait presque le bruit des vagues dans la musique.

Hugo Barriol a enregistré une nouvelle version avec l’artiste Joe Bel. Mélange de paroles françaises et anglaises, et beau duo d’harmonies vocales :

Durant l’été, un premier single avait déjà vu le jour : Stay. Toujours cette atmosphère planante avec la voix éthérée et des nappes de synthés jamais pesantes :

Ce projet d’EP, Hugo Barriol l’a réalisé de façon totalement indépendante. Un nouveau départ pris début 2020, après plusieurs années sinueuses et atypiques.

Des débuts de l’autre côté du globe

Tout commence au bout du monde, en Australie. Nous sommes en 2013, Hugo a 24 ans et il s’envole vers l’inconnu. C’est là-bas que sa musique va prendre un tournant décisif. En road trip sur la côte Est, il compose son premier single On the road qui va changer sa vie.  Mais ça il ne le sait pas encore. Après quelques mois à Sydney où il ne trouve pas de travail, il s’en va jouer ses chansons dans le métro pour y gagner quelques sous. C’est là que naît l’idée d’aller jouer dans le métro Parisien à son retour de voyage. « Pour moi c’était le  meilleur endroit pour toucher un maximum de gens et rencontrer des professionnels du milieu de la musique, pour m’aider à enregistrer et sortir mes chansons »

Le premier jour où il pose le pied à la station Bonne Nouvelle, un producteur indépendant lui donne sa carte et quelques mois plus tard  Hugo enregistre son premier EP avec le fameux titre On the road qui atteindra plus de 8 millions de streams.

Un parcours conte de fées

Mais c’est à la station  Pigalle, quelques mois plus tard, qu’Hugo croise le chemin de la directrice du label Naïve, Marie Audigier, qui a alors un coup de cœur  pour ses chansons ; il signe son premier contrat en maison de disque. Quelques médias le surnomment « le Cendrillon de la musique » et  compareront son histoire à celle d’un conte de fée. Fin 2017 Hugo sort définitivement du métro et part sur les routes, enchaîne les premières parties d’Alain Chamfort, Glen Hansard ou encore Gavin James. 

Plus tard cette année-là, Hugo rencontre le producteur Anglais, Ian Grimble (qui a travaillé avec Mumford and sons, Matt Corby, Daughter)  pour produire son premier album Yellow

« J’ai voulu travailler avec Ian car il connait la musique et les groupes qui m’inspirent. Les sonorités folks que je recherche pour mes nouvelles chansons, je les ai entendus chez les groupes avec lesquels il a travaillé ». 

Hugo Barriol

C’est donc au Church Studio, situé dans une église qui donne encore la messe le dimanche, dans le nord de Londres, qu’Hugo enregistre  son premier album. Début 2019, Yellow voit le jour et Hugo part en tournée dans toute la France avec ses musiciens, il joue des festivals  comme Solidays et fait aussi ses débuts sur des scènes internationales comme à Londres et Berlin et New York.

Un nouveau départ

Été 2019 Hugo déménage à Londres, l’envie de changer d’air, de vivre dans une autre capitale lui trottait dans la tête depuis longtemps. Attiré et inspiré par la musique anglophone et chantant en anglais Hugo veut se challenger, se pousser à écrire plus, à écrire mieux en se  frottant aux songwriters Londoniens.

« Les anglais sont probablement les meilleurs en musique, y vivre, les côtoyer me permettrais de progresser »

Hugo Bariol

Hugo se sert de la musique comme un exutoire « Je me tourne toujours vers la musique quand ça ne va pas, changer le mal  en bien ou au moins essayer d’en faire quelque chose de beau ».

C’est pendant l’automne et l’hiver qu’il compose les titres de son nouvel  EP Hey Love dans sa chambre Londonienne. Ces chansons racontent ce moment dans une relation où tout bascule, les promesses, les certitudes, on ne sait plus bien ce qu’il faut faire, où et à qui se rattacher. C’est le moment entre les deux, l’avant, l’après, le vide, les regrets,  l’incertitude, peut-être la fin. La musique d’Hugo est douce, sensible mais aussi rythmée et puissante. Il la qualifie, de folk, pop, indie,  mélancolique mais toujours avec un brin d’espoir. 

Début 2020, Hugo est retourné dans l’église qui a vu naître son premier album Yellow. Il voulait travailler de  nouveau avec Ian Grimble, qui avait si bien compris ses musiques, ses chansons, son univers. 

Après l’aventure du métro, les 3 ans en maison de disque, Hugo continue sa route en indépendant depuis l’année dernière.

« Je veux essayer de sortir un projet en indépendant pour tout chaperonner du début à la fin, Je veux voir si j’en suis capable, c’est un nouveau challenge pour moi »

Hugo Bariol

Hugo s’était imposé comme l’un des talents les plus inattendus de la scène Française, aujourd’hui avec Hey love, il continue de nous  surprendre et de nous faire voyager au travers de textes forts et mélodies célestes. 

L’EP Hey love est sorti le 6 novembre

Infos via Elodie Mathieu / Quel Grabuge

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux