Il y aura tout juste 50 ans demain, le 5 janvier 1969, sortait “Bayou Country” le deuxième album de Creedeence Clearwater Revival.

Un groupe de 4 garçons aux chemises de bûcherons, qui remettaient au goût du jour le rock à l’ancienne, 10 ans après qu’on ait annoncé sa mort, d’où le « Revival » (on reviendra d’ailleurs le 3 février sur les 50 ans du « jour où la musique est morte »).

Le groupe venait de San Francisco, mais laissait planer le doute sur d’éventuelles origines de Louisiane, et cet album intitulé Bayou Country, débutant par un Born on the bayou finissait d’enfoncer le clou, au point de rendre la légende tenace.

Mais le succès de ce disque fut avant tout pour son single Proud Mary, sorti également en janvier, qui propulsa le groupe en haut des charts.
L’histoire d’une personne au dur travail de plongeuse dans les villes de Memphis et de La Nouvelle-Orléans, qui exprime sa fierté d’y échapper en prenant un bateau descendant le Mississippi. Le texte exalte la solidarité et le sens du partage des gens vivant le long de la rivière.
Et comme caution inébranlable, Dylan qualifia le morceau de « meilleure chanson de l’année 1969 ».
Parfois connu sous le titre « Rollin on a river », le tube connut de nombreuses reprises, dont la plus connue est celle de Tina Turner, qui a quelque peu éclipsé l’original, chef d’œuvre de simplicité et d’efficacité.

Creedence est ensuite devenu un des plus gros vendeurs de disques de par le monde, et fait figure de référence dans l’histoire du rock, pour ses riffs carrés, la voix puissante et rauque de John Fogerty, ses mélodies accrocheuses, son mélange de classic-rock, folk, country et swamp blues.

Une véritable institution américaine, dont même le héros de la série Die Hard John Mclane/Bruce Willis est fan, mais qui était aussi une voix de contestation contre la guerre du Vietnam, avec Who’ll stop the rain, paru sur l’album suivant, leur chef d’œuvre Cosmo factory.

Toute la contradiction de l’Amérique : un groupe de jeunes chevelus accompagnant les marches pour les droits civiques, mais adorés par toutes les bonnes familles traditionnelles du Wisconsin au Colorado, en passant par le Wyoming, l’Alabama ou justement…la Louisiane.

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux