Quand les pochettes de disques affichent des erreurs…

Vous avez dans votre discothèque l’album “Platinum” de Mike Oldfield, sorti en 1979 ? Et depuis tout ce temps, vous êtes persuadés d’y écouter une chanson qui se nomme “Sally” ? Et bien c’est une erreur, ce morceau s’appelle en réalité “Into Wonderland”. Explications.

Un titre de morceau erroné…pendant plus de 20 ans

Sur la pochette de Platinum, la tracklist indique le morceau Sally en 2ème piste de la face B (à l’époque du Vinyle).
Au départ, Mike avait bien composé une ode à sa femme de l’époque, Sally Cooper (qui joue sur l’album), avec notamment le refrain disant : « Sally, I’m just a gorilla. I’ll say I’ll love you ever more… »

Sauf qu’au dernier moment, Oldfield décide de remplacer la chanson par une autre : Into Wonderland, chantée par Wendy Roberts.

Mais les matrices pour la pochette sont déjà parties chez l’éditeur avec la mention « Sally » et celle-ci figurera (par erreur donc) sur les éditions pendant au moins plus de 20 ans ! L’album est sorti en 79, et l’édition remaster de 2000 indique encore « Sally »

A gauche la 1ère édition CD, à droite la réédition « remaster » de 2000, les deux avec l’indication « Sally »

A priori, seuls quelques premiers pressages vinyles et cassettes contiendraient le vrai morceau Sally.

En revanche, on peut en entendre une partie sur le début du morceau suivant Punkadiddle (parodie de musique punk avec des « oï » plus vrais que nature !). En effet, le début de ce morceau est en fait la fin de Sally, et sert de pont avec Punkadiddle, ce qui explique cette coupure brute en début du morceau.

En 2012 sort une édition deluxe de l’album avec un deuxième disque bonus. L’erreur d’impression est enfin corrigée, et Into Wonderland apparaît comme cela aurait du être le cas depuis 1979…

Rebelote avec un titre de morceau…oublié !

Décidément, Mike Oldfield n’a pas de chance avec ses pochettes. Pour l’album Crises, c’est l’inverse qui se produit : l’édition remaster affiche une faute qu’il n’y avait pas sur l’édition originale…

En effet, l’édition remaster de 2000 omet carrément le morceau Foreign affair sur la tracklist au dos ! Mais heureusement, la piste est bien présente sur le disque !

Ça parait inimaginable : il y a du y avoir toute une équipe de graphistes qui a bossé sur le repackaging, et ils n’ont même pas mis tous les titres !

A gauche l’édition CD originale de 1983 (qui affiche 6 titres, « Foreign Affair » en 4), et à droite l’édition remaster de 2000 (qui n’affiche que 5 titres)

D’autres exemples, parmi des albums très célèbres

Autre exemple avec Dark side of the moon, dans sa version remaster de 1994 : la tracklist sépare Speak to me et Breathe, mais sur le CD c’est une seule et même piste, ce qui fait que les numéros suivants ne correspondent pas aux morceaux indiqués !

L’édition remaster 1994 de Dark Side of the Moon de Pink Floyd, qui indique « Speak to me » en 1 et « Breathe » and 2, alors que sur le CD les deux morceaux sont regroupés sur la piste 1

On peut trouver que c’est de l’ordre du chipotage et de la maniaquerie…
Mais quand un album est réédité, on est en droit de s’attendre à ce que ça soit fait comme il faut, et que les personnes en charge du (re)packaging portent attention à ce genre de détails, surtout quand c’est accompagné d’une communication marketing du style « repackaged with new artwork, etc… » et le prix qui va avec…Ça peut donner l’impression que certaines maisons de disques abusent du filon en pressant les porte-monnaies mais font parfois les choses par-dessus la jambe, du genre « ouais coco vas-y rajoute 2-3 photos, colle un autocollant « remaster » et c’est bon ! »

Il ne faut pas ensuite s’étonner que même des mélomanes audiophiles amateurs de beaux objets (comme l’auteur de ces lignes) préfèrent du coup numériser toute leur discothèque (dans un format non destructif, pas en mp3) sur un player-baladeur, et au moins identifier les bons noms de morceaux aux bons endroits !


© Jean-François Convert – Septembre 2018

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux