Duo de pianos avec Ray Lema et Laurent de Wilde

Après 4 ans passés sur les routes à jouer ensemble, Ray Lema et Laurent de Wilde ont enregistré un nouveau répertoire en studio : ‘Wheels’ sort le 28 Mai.

On connait les duos vocaux, les duos de guitares, les duos de cuivres, et même parfois les duos de batterie/percussions… mais les duos de pianos c’est plus rare. Bien sûr, les parties de claviers sont très souvent multiples dans la musique pop-rock. Mais une des premières fois où j’ai vu deux pianos à queue jouer ensemble est le concert de Charles Trenet au Printemps de Bourges en 1987.

 Le pianiste congolais Ray Lema et le musicien-producteur-écrivain-animateur-radio franco-américain Laurent de Wilde ont parcouru les routes des concerts depuis 4 ans, et ont décidé de reprendre le chemin du studio pour y enregistrer un nouveau répertoire, né de leur complicité forgée au fil des concerts et des longues discussions. De là est né Wheels un album de 8 titres enregistré sur deux pianos Steinway assemblés à plus d’un siècle d’écart.

Le terme « Wheels » évoque les roues dentées s’emboîtant pour faire tourner une mécanique de précision. Et force est de constater que ça fonctionne méticuleusement avec des rythmes et mélodies ciselées qui s’enchevêtrent comme par exemple dans l’entêtant Abyssinight, inspiré de l’Éthio jazz et de son chef de file le vibraphoniste Mulatu Astatke :

Les deux pianistes ont joué live au Musée des Confluences à Lyon, en février 2021.

L’Afrique, l’Amérique, l’Europe… les différents continents se croisent au détour des notes, des harmonies. Les pianos de Lema et De Wilde jettent des ponts entre les cultures et marient aussi bien le jazz et l’afro-beat, le classique et la salsa, que le blues et la béguine. La musique africaine est évidemment très présente à travers plusieurs morceaux avec des rythmes inspirés d’Éthiopie (Abyssinight), du Congo (Wheels, Lubablue), ou du Nigeria (Human come first). Ce dernier titre résonne comme un hommage à Fela Kuti qui a universalisé l’Afrobeat, et part de sa même indignation de voir l’être humain devenu une véritable variable d’ajustement pour le pillage des richesses de notre planète.

Mais on s’évade aussi du côté des Caraïbes avec le dernier titre Saka Salsa, ou Poulet bicyclette un croisement de biguine et Charleston en l’honneur des gallinacés élevés en plein air, dont l’allégresse et la légèreté illustreraient parfaitement un film muet. Des couleurs blues viennent aussi s’immiscer, que ce soit dans Lubablue, qui revisite la musique du peuple Luba d’Afrique Centrale auprès duquel Ray a longuement séjourné, ou Chains, écrit pendant le confinement du printemps 2020. Ce morceau tente d’exprimer en musique cette sensation d’asservissement volontaire qui nous a tous tant marqués. Nous étions enchaînés à notre solitude collective, d’où le boitement répétitif entendu tout au long du titre.

La nostalgie est aussi de mise sur le très beau I miss you dad, écrit par Laurent en souvenir de son père disparu récemment (et que Ray avait connu), mélangeant la tristesse du présent aux joies du souvenir.

Un album qui fait passer par toutes les émotions et rappelle si besoin en était toute la majestuosité et la diversité de cet instrument qu’est le piano.

Ray Lema & Laurent de Wilde – Wheels – sortie le 28 mai (gazebo / one drop / l’autre distribution)

Ray Lema & Laurent de Wilde seront en concert le 29 mai au Bal Blomet et les 15 & 16 juin au Sunset

Plus d’infos sur les sites officiels : www.raylema.com        www.laurentdewilde.com

Infos via Sophie Louvet

Étiqueté , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Suivez ce blog sur les réseaux